Domingo, 23 de Febrero de 2020
Radio Cadena Agramonte
Martes, 26 de Octubre de 2010 - 19:56:01 | 389 | |

L’Assemblée Générale de l’ONU condamne le blocus de Cuba pour la 19e année consécutive

En este artículo: Cuba, blocus, ONU, votation, estasunien, resolution, Assemblée Generale, Etats-Unis



New York, 26 octobre (ACN)– L’Assemblée Générale de l’ONU a condamné pour la 19e année consécutive le blocus imposé par les Etats-Unis à Cuba et elle en a exigé la levée.


La condamnation du blocus a été adoptée par 187 voix pour et 2 contre, celles des Etats-Unis et d’Israël. Il y a eu trois abstentions ; les Iles Marshall, Palau et la Micronésie.

Les votes contre le blocus ont commencé le 24 novembre 1992 lorsque la 47e session ordinaire de cet organe a approuvé par 59 voix pour et 3 contre la résolution cubaine. Il y a eu alors 71 abstentions.

Depuis lors, l’Assemblée Générale de l’ONU adopte chaque année la résolution intitulée : « Nécessité de mettre fin au blocus économique, financier et commercial imposé par les Etats-Unis d’Amérique contre Cuba ».

Peu avant, en présentant la résolution, le ministre cubain des Affaires étrangères avait relevé que le blocus est une politique d’agression maintenue malgré les dégâts et les souffrances qu’il provoque et bien qu’il constitue une violation des droits humains de tout un peuple.

« Le blocus n’est pas une question bilatérale, son caractère extraterritorial marqué est établi par des lois et il existe des exemples à profusion de l’application des mesures de coercition contre des ressortissants et contre des entreprises de pays tiers » a relevé le ministre cubain des Affaires étrangères.

De par sa nature et son ampleur, le blocus peut être qualifié de génocide et de guerre économique. Il est un acte hostile et unilatéral qui doit cesser unilatéralement – a précisé le ministre cubain des Affaires étrangères qui a expliqué que la politique des Etats-Unis contre Cuba n’a aucune base étique ou légale, qu’elle n’a ni crédibilité, ni appui, comme le prouve le fait que plus de 180 voix se sont élevées ces dernières années à l’Assemblée Générale pour exiger la fin du blocus.

Bruno Rodríguez a mis l’accent sur la condamnation énergique et unanime de l’Amérique Latine et des Caraïbes. Il a expliqué que le rejet ouvert au blocus et à la Loi Helms Burton, identifie, comme peu de sujets, la politique de la région.

Il s’est référé aux positions similaires du Mouvement des pays non alignés, de l’Union Africaine et du Groupe ACP et des forums internationaux tels que les sommets ibéro latino-américains, les sommets Amérique Latine-Caraïbe, Amérique Latine UE.

Dans son discours devant l’Assemblée générale de l’ONU, Bruno Rodríguez s’est référé au fait qu’au sein de l’immigration cubaine aux États-Unis et de la société étasunienne, le consensus contre le blocus et en faveur d’un changement de politique vis-à-vis de Cuba ne cesse de s’accroître.

Bruno Rodriguez a déclaré que deux ans après l’annonce par la nouvelle administration étasunienne d’un changement dans les relations avec Cuba, les faits confirment que rien n’a changé. Le Président Obama n’a pas utilisé ses vastes prérogatives, ne serait ce que pour rendre plus flexible le blocus.

« Les sanctions contre Cuba restent intactes. Elles sont appliquées avec toute la rigueur- a précisé Bruno Rodríguez avant d’ajouter :

« En 2010 le siège économique a été durci et son impact quotidien continue d’être palpable dans tous les aspects de la vie à Cuba. Il a des conséquences terribles dans des secteurs aussi sensibles pour la population que la santé et l’alimentation ».


Le ministre a dénoncé la recrudescence des persécutions contre les biens et les actifs cubains, contre les transactions commerciales et financières depuis ou vers Cuba ou celles impliquant des institutions et des individus établis à Cuba.

Il a accusé Washington de s’approprier de virements de pays tiers et il a mis en exemple la saisie de 107 000 Euros, appartenant à la Compagnie Cubana de Aviación, virement réalisé par l’intermédiaire de la Banque Populaire Espagnole, depuis Madrid, à Moscou.

Les dommages économiques directs occasionnés au peuple cubain par l’application du blocus ces 50 dernières années, dépassent 751 milliards de dollars.

Il est évident que les États-Unis n’ont pas la moindre intention d’éliminer le blocus- a précisé le ministre cubain des Affaires étrangères.

Il n’existe même pas la volonté d’éliminer les aspects les plus irrationnels de l’ensemble des sanctions et mesures économiques de coercition contenues dans ce blocus, le plus prolongé appliqué contre un pays.

Le Président étasunien, Barack Obama, se trompe s’il pense qu’il a le droit de s’immiscer dans les processus en cours actuellement à Cuba ou de les évaluer –a signalé Bruno Rodriguez dans son discours avant d’expliquer que les transformations qui sont entreprises dans notre pays sont l’expression de la volonté des Cubains et des décisions souveraines de notre peuple et n’ont pas pour but de satisfaire les intérêts de qui que ce soit.

Bruno Rodriguez a fait savoir que Cuba n’a reçu aucune réponse concernant les projets de coopération présentés durant 2010 par le gouvernement cubain pour avancer sur la voie des questions d’intérêt commun. Il a cité en exemple, la lutte contre le trafic de drogue et le terrorisme, la protection de l’environnement, la prévention des désastres naturels et l’affrontement contre d’éventuels accidents dans l’exploitation pétrolière dans le Golfe du Mexique.

Bien au contraire,-a-t-il souligné- les États-Unis continuent d’inclure Cuba sur des listes douteuses dont celle des états qui prétendument appuient le terrorisme international.

Le ministre cubain a précisé que les États-Unis n’ont pas l’autorité morale pour dresser de telles listes, à la tête desquelles ils devraient se placer et qu’il n’existe pas une seule raison pour y inclure Cuba.

Il a dénoncé également le châtiment imposé à 5 combattants cubains contre le terrorisme dont la cause -a-t-il précisé- a éveillé une vaste solidarité de la communauté internationale.

Dans une autre partie de son discours, le ministre cubain des affaires étrangères a signalé :

Cuba est prête à établir des relations de paix et de respect avec les Etats-Unis comme celles qu’elle entretient avec l’immense majorité de la communauté internationale et avec tout l’hémisphère. Cuba ne cessera jamais de dénoncer le blocus et elle continuera de réclamer le droit légitime de son peuple à vivre et à travailler en faveur de son développement économique et social, sur un pied d’égalité et avec la coopération des autres pays, sans sièges économiques ni pressions externes. Cuba remercie la Communauté Internationale de sa ferme solidarité avec son peuple. Elle est sûre qu’un jour justice sera faite et que cette résolution ne sera plus nécessaire.

Par ailleurs, se référant aux graves menaces qui planent sur l’Humanité tout entière, le ministre cubain des Affaires étrangères a signale :

« De graves et d’imminents dangers menacent l’existence de notre espèce. Pour préserver la vie humaine il faut préserver la paix. L’emploi ne serait ce que d’une partie infime de l’énorme arsenal nucléaire mondial impliquerait la fin de l’espèce. L’unique garantie que les armes nucléaires ne soient utilisées ni par les Etats-Unis ni par personne d’autre serait leur destruction avec l’ensemble des armes conventionnelles développées dernièrement et qui sont aussi létales. L’unique solution est le désarmement. Pour survivre il est nécessaire que l’humanité en prenne conscience, ce qui est uniquement possible par une information objective sur ces thèmes, cachés ou ignorés par la majorité des hommes politiques, que la presse ne publie pas et qui aux yeux des gens sont si horribles qu’ils paraissent incroyables.

Construisons un autre ordre mondial, fondons une éthique collective basée sur la solidarité humaine et la justice, cherchons une solution aux conflits au moyen du dialogue et de la coopération. Que cesse l’égoïsme et le pillage qui amènent à la guerre et à l’usage de la force devant ce grave danger, laissons de côté ce qui nous affronte et nous divise et unissons- nous pour sauver la paix et la planète des futures générations.

 

Comentar

Enviar comentario
  • Los comentarios deben basarse en el respeto a los criterios.
  • No se admitirán ofensas, frases vulgares ni palabras obscenas.
  • Nos reservamos el derecho de no publicar los que incumplan con las normas de este sitio.
Archivo de noticias


Febrero 2020
DoLuMaMiJuViSa
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829

Radio Cadena Agramonte | Noticias de Camagüey, Cuba y el Mundo | © 2020, Camagüey, Cuba.