Sábado, 16 de Noviembre de 2019
Radio Cadena Agramonte
Jueves, 27 de Enero de 2011 - 21:45:02 | 479 | |

Ricardo Alarcón souligne que les USA rééditent à El paso leur politique de deux poids deux mesures

En este artículo: Ricardo Alarcón, Cuba, USA, El paso, l’Assemblée Nationale de Cuba, Luis Posada Carriles, mesures



La Havane, Cuba, 27 Jan.– Ricardo Alarcon, Président de l’Assemblée Nationale de Cuba a relevé que le gouvernement des Etats-Unis réédite sa politique de deux poids deux mesures dans le procès contre le terroriste notoire Luis Posada Carriles qu’il accuse seulement de mentir et non de terrorisme.
Rappelons que Posada Carriles est jugé uniquement pour avoir menti aux autorités étasuniennes d’immigration au sujet de son entrée illégale dans ce pays en 2005. Il a pourtant à son actif toute une kyrielle de crimes dont la destruction en plein vol d’un avion cubain de passagers en 1976. Les 73 personnes qui se trouvaient à bord ont été tuées. Il est en plus, le cerveau de la vague de plasticages qui a visé plusieurs installations touristiques de La Havane en 1997 et qui a tué le jeune touriste italien Fabio Di Celmo.

Au cours du programme « La Table Ronde » que diffusent la télévision et la radio cubaines, Ricardo Alarcon a mis l’accent sur l’injustice prolongée que le gouvernement étasunien commet contre les 5 Cubains prisonniers politiques dans ce pays.

Nos 5 compatriotes purgent de très lourdes peines de prison dont deux perpétuités dans des pénitenciers étasuniens. Ils ont été accusés de conspiration afin d’espionner. Ils n’avaient pourtant fait que surveiller les organisations terroristes de Miami pour prévenir Cuba des attentats la prenant pour cible.

Après avoir rappelé que Caroline Heck-Miller, procureur qui a traduit en justice les 5 à Miami, a refusé de présenter des charges contre Posada Carriles, le Président de notre Parlement a souligné qu’il faut voir si cette vérité est publiée par la presse car aucun des journalistes qui couvrent le procès contre Posada Carriles, à El Paso, au Texas, à l’exception de Maître Pertierra avocat étasunien d’origine cubaine, n’ont daigné la mentionner.

Ricardo Alarcón a ajouté que les médias étasuniens savent qu’ils ne peuvent pas en parler et qu’il faut donc beaucoup insister pour que la vérité se sache. « Du point de vue légal, c’est une confirmation absolue de l’attitude malintentionnée et de la prévarication du ministère fiscal dans l’affaire des 5 ».

Le Président de l’Assemblée Nationale de Cuba a relevé que la fonctionnaire du Département de la Sécurité de la Patrie des Etats-Unis a indiqué, sous serment, qu’elle avait demandé à plusieurs reprises à Caroline Heck-Miller de juger Posada Carriles pour ses activités criminelles mais que cette dernière à refusé de le faire.

Ricardo Alarcon a précisé que cela est arrivé en août 2005 quand les trois juges de la Cour d’Appel d’Atlanta chargés de réviser l’affaire des 5 ont décidé d’annuler le procès qu’ils ont décrit comme « un orage parfait d’hostilité envers les accusés ».

« Ce qui est extraordinaire –a ajouté Ricardo Alarcon- c’est que la déclaration de cette fonctionnaire a été annoncée le mardi 18 janvier et ce même jour-là, Mme Heck-Miller a demandé plus de temps pour donner sa réponse au recours en habeas corpus en faveur de Gerardo Hernández, un des 5, condamné, lui, à deux perpétuités plus 15 ans.

Le Président de notre Parlement a expliqué que les mécanismes étasuniens y compris le Département de la Sécurité de la Patrie disent : « Nous n’agissons pas contre Posada Carriles. Et ce n’est pas par hasard –a souligné Ricardo Alarcon.

Il a rappelé que l’Attorney Général des Etats-Unis a dit en 1999, au sujet d’Orlando Bosh -un des responsables de la destruction en plein vol de l’avion cubain de passagers- dans une information confidentielle que l’explosion de l’avion avait été le fait d’une organisation contre-révolutionnaire dirigée par Bosh.

Qui c’est qui ment ? s’est demandé Ricardo Alarcon qui a rappelé que l’information en question reste confidentielle.

Il a rappelé que dans la page 127 du livre que Bosh vient de publier, celui-ci reconnaît qu’il a été responsable d’attaques à Panama et à Trinité-et-Tobago ainsi que de l’assassinat de 3 Cubains à Merida, et de deux à Buenos Aires. « Et rien n’est arrivé à ce Bosh » a souligné Ricardo Alarcon.

Ricardo Alarcon a ajouté que le livre de Bosh inclut de nombreuses photos montrant des bateaux endommagés par l’explosion des bombes posées par le groupe que dirigeait Bosh et les endroits où elles ont été posées. Il a ajouté que ce ne sont pas des bateaux cubains mais britanniques, polonais, japonais et que les sabotages ont été perpétrés aux Etats-Unis, un pays où cela peut arriver sans que les auteurs soient inquiétés le moins du monde. Ricardo Alarcon a ajouté se référant au procès contre Posada à El Paso:
“Ce qu’ils ont monté maintenant s’est un grand show, du théâtre de pacotille pour accuser Posada de menteur ce que l’on savait d’ailleurs dès le début. Rien de nouveau jusqu’à présent sauf peut-être pour les habitants d’El Paso qui ne voient pas la Table Ronde, mais nous les Cubains cela fait belle lurette que nous le savons.

Ce n’est pas que les procureurs ne le savent pas, c’est la seule chose qui explique le procès des 5. C’est un moyen de protéger des terroristes. Le gouvernement étasunien protège les terroristes en punissant ceux qui ont osé mettre à nu leurs plans et en ne recherchant jamais un terroriste.

Le point fondamental est la nécessité de Cuba de se défendre. La seule violation commise par les 5 c’est de ne pas avoir déclaré au gouvernement des Etats-Unis leur condition d’agents du gouvernement cubain pour empêcher les actes de terrorisme, mais ils devaient le faire au même gouvernement qui permet tout cela. Cela aurait absurde.

Maintenant la question consiste à déterminer si Cuba avait besoin ou pas de se défendre. Cela crève les yeux. Un terroriste, un assassin de l’acabit d’Orlando Bosh vient de publier un livre, et un autre, Posada Carriles bénéficie à El Paso, au Texas, de la protection et de l’hospitalité étasunienne.

Le seul immigrant illégal, sans visa, sans papiers ! L’on discute de l’endroit par où il est entré illégalement au Etats-Unis. C’est la dispute.

Dans une autre partie de son intervention à la Table ronde, Ricardo Alarcón a signalé :
« Cela fait 6 ans que les Etats-Unis violent les conventions pour la protection de l’aviation civile et contre les actes de terrorisme à la bombe. Ce pays doit, soit l’extrader au Venezuela, comme ce dernier l’a demandé, soit le juger pour ce même délit sans exception.

Cela fait 6 ans que le Venezuela réclame Posada Carriles depuis qu’il a refait son apparition en public aux Etats-Unis car, bien avant les tribunaux vénézuéliens, avaient saisi l’Interpol d’un mandat d’arrêt depuis son évasion de prison au Venezuela.

Posada est une exception: ils n’est ni extradé ni jugé. C’est pour cela qu’ils inventent toute cette magouille pour semer la confusion. Il est dans un procès, avec un juge, mais il est libre.

Le Président de l’Assemblée Nationale de Cuba a expliqué que la résolution 1373 du Conseil de Sécurité de l’ONU datant de septembre 2001 indique que tous les États doivent respecter ces conventions anti-terroristes car, autrement, le Conseil peut avoir recours à la force contre eux, mais les Etats-Unis continuent à ne pas l’appliquer.

Au sujet du recours en habeas corpus présenté en faveur de Gerardo Hernández, un des 5, Ricardo Alarcon a expliqué que la réponse doit être donnée vers la mi-février et qu’il y aurait après la réplique de la défense et qu’ultérieurement c’est la juge Jean Lenard qui prendrait une décision.

À ce propos, Ricardo Alarcón a précisé que les déclarations du procureur Caroline Heck-Miller peuvent peser sur la décision concernant l’affaire de Gerardo Hernandez.

« Seul un jury de millions de personnes pourrait résoudre l’affaire de Gerardo Hernández, comme il l’a lui-même dit se référant à l’opinion publique mondiale –a indiqué Ricardo Alarcon mais pour ce faire il est nécessaire que les médias mettent un fort accent sur la vérité et ces médias sont sous le contrôle absolu des Etats-Unis. C’est pourquoi il faut continuer à insister pour que la population étasunienne sache la vérité.

« Gerardo Hernández est un Héros de la République de Cuba et le gouvernement cubain fera tout pour le sauver » a signalé Ricardo Alarcon qui a ajouté que le terrorisme impuni, mis au grand jour de façon scandaleuse, ne pourra pas toujours se cacher. Il a exprimé sa conviction qu’un jour, pas lointain, la vérité se frayera un chemin. (AIN)

Comentar

Enviar comentario
  • Los comentarios deben basarse en el respeto a los criterios.
  • No se admitirán ofensas, frases vulgares ni palabras obscenas.
  • Nos reservamos el derecho de no publicar los que incumplan con las normas de este sitio.
Archivo de noticias


Noviembre 2019
DoLuMaMiJuViSa
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Radio Cadena Agramonte | Noticias de Camagüey, Cuba y el Mundo | © 2019, Camagüey, Cuba.