Miércoles, 01 de Abril de 2020
Radio Cadena Agramonte
Martes, 29 de Junio de 2010 - 21:49:52 | 433 | |

Toronto : manifestations contre le coût social de la crise

En este artículo: http://www.cadenagramonte.cu/articulos/etiqueta



Comme mesure de dissuasion, dans la ville où se déroule le G-8 et le G-20, des milliers de policiers à pied et à cheval, dont un groupe spécialement équipé pour réprimer les manifestations, ont été postés dans les rues.

La Havane, 27 juin  (AIN)  -  Une manifestation d’environ 10 000 personnes a défilé samedi dernier pour exiger des pays riches et des pays émergents  du  G-20 qu’ils prennent des mesures pour combattre le chômage. Des incidents se sont produits à la fin du parcours.

La grande majorité des participants à cette manifestation organisée par les syndicats ont défilé pacifiquement mais certains groupes de jeunes ont provoqué des désordres à la fin de la marche et incendié au moins deux voitures de police, informe l’AFP citée par le site web Cubadebate.

Trois autres véhicules ont été endommagés dans le centre financier de Toronto. On commençait à sentir l’odeur de vinaigre des mouchoirs imprégnés de ce liquide que les manifestants utilisaient pour mitiger les effets des gaz lacrymogènes. Les pompiers qui essayaient de se rapprocher de la zone pour éteindre les flammes ont vu leur chemin bloqué en raison de la situation.

Une cliente d’un centre commercial voisin, Lara Garrido Herrero, a expliqué au téléphone à l’AFP qu’elle était bloquée dans une boutique avec 200 autres personnes car la direction du local avait décidé de baisser le rideau métallique en prévision de possibles incidents.  

De même que les manifestants, la police de Toronto a utilisé de nouvelles méthodes pour communiquer avec le public. Un message Twitter annonçait : « La barrière n’a pas été franchie. Fausses rumeurs ».

Le Canada a dépensé plus d’un milliard de dollars pour garantir la sécurité des réunions au sommet du G8 et du G20 et dans l’espérance de pouvoir éviter de graves désordres. Des milliers de policiers à pied et à cheval, dont certains sont équipés spécialement pour réprimer les manifestations, ont été placés pour dissuader, parfois de forme expéditive, tout début de désordre.

Les hélicoptères survolaient constamment la manifestation, Malgré tout, et entre autre malgré la pluie qui n’a pas cessé, des groupes de dizaines ou de centaines de manifestants parmi les plus radicaux ont brisé des vitrines et renversé des poubelles sur leur chemin.

Sid Ryan, représentant de la Fédération des travailleurs de l’Ontario, a déclaré dans un discours que « ce ne sont pas les travailleurs qui sont les responsables de la crise financière. Nous ne voulons pas voir la richesse publique se transférer au secteur privé ».

Les manifestants critiquent le fait que l’impact de la crise est retombé sur les travailleurs et qu’elle a déjà  envoyé des millions d’entre eux au chômage.  « Nous ne voulons pas que les pays du G20 freinent les dépenses tant que les emplois n’auront pas réapparu », a déclaré le porte parole du Congrès du Travail Canadien, Jeff Atkinson.

Une autre manifestante, Liana Salvador, a expliqué à l’AFP qu’elle devait  50 000 dollars car elle avait dû demander un prêt pour financer ses études universitaires. « Je suis une étudiante normale et mes parents m’ont expliqué que savoir, c’est pouvoir, mais mon gouvernement considère que faire des études coûte cher », a-t-elle dit.

Depuis le 18 juin, en tout, 32 personnes ont été arrêtées pour les incidents qui ont eu lieu, a expliqué le sergent Tim Burrows, porte-parole de l’unité chargée de la sécurité de la réunion.

Comentar

Enviar comentario
  • Los comentarios deben basarse en el respeto a los criterios.
  • No se admitirán ofensas, frases vulgares ni palabras obscenas.
  • Nos reservamos el derecho de no publicar los que incumplan con las normas de este sitio.
Archivo de noticias


Abril 2020
DoLuMaMiJuViSa
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Radio Cadena Agramonte | Noticias de Camagüey, Cuba y el Mundo | © 2020, Camagüey, Cuba.