Miércoles, 29 de Enero de 2020
Radio Cadena Agramonte
Miércoles, 14 de Julio de 2010 - 13:06:03 | 522 | |

Fidel alerte le monde sur le danger d´une guerre nucléaire

En este artículo: Le leader, Révolution Cubaine, Fidel Castro, aujourd´hui, de nouveau, alerté, danger, guerre nucléaire, conflit armé, Etats-Unis, l´Iran, Corée du Nord



(Lucilo Tejera Día)

La Havane, 14 juillet.- Le leader de la Révolution Cubaine Fidel Castro a aujourd´hui, de nouveau, alerté le  monde sur le danger d´une guerre nucléaire qui menacera le monde si éclate un conflit armé impulsé  par les Etats-Unis contre l´Iran et la Corée du Nord.  

Le Commandant en Chef de la Révolution avait déjà traité ce thème avec insistance, ces dernières semaines, dans ses Réflexions,  les articles d´opinion qu´il publie dans la presse cubaine. Il l´a de nouveau abordé en répondant aux questions qui lui ont été posées par le journaliste  Randy Alonso au cours de l´émission télévisée La table ronde.

Fidel a tout d´abord signalé que les États-Unis ont commencé de forme accélérée les préparatifs militaires après qu´ait été coulé le navire de guerre sud-coréen Cheonam, au moment où des forces armées des deux pays effectuaient des manœuvres conjointes.

Immédiatement après ces faits qui ont coûté la vie de 46 marins et la destruction d´un moderne bâtiment de guerre,  la responsabilité en a été  attribuée à la Corée du Nord  bien que ce pays ait nié les accusations.

Fidel a expliqué qu´un journaliste nord-américain a fourni une explication tout à fait logique de ce qui a pu se passer : ¨La Corée du Sud était en train de réaliser une manœuvre conjointe avec son allié, les États-Unis. Ce qu´il n´est pas facile de faire admettre aux États-Unis, c´est que ce sont eux qui ont fait couler le bâtiment sophistiqué de la Corée du Sud. 46 hommes sont morts… Une embarcation de ce type ne pouvait exploser que sur une mine. Et c´est ce qu´ils ont fait¨.

Il a également déclaré que cette action avait pour but de tranquilliser le japon, désireux de voir les États-Unis lui rendre le territoire de la base militaire d´Okinawa, une question qui avait provoqué la chute d´un gouvernement nippon qui auparavant, avait fait la promesse de rendre à la nation cette installation.

Fidel a ajouté que l´intensité de la pression guerrière a diminué dans la péninsule coréenne au moment où le Conseil de Sécurité des Nations Unies a approuvé une série de sanctions contre l´Iran, une action qui n´avait reçu le véto ni de la Russie, ni de la Chine.

Proposées par les Etats-Unis et par d´autres puissances occidentales, les sanctions ont accéléré la concentration de moyens de guerre nord-américains dans les mers proches de l´Iran, avec la participation active de l´Israël.

Fidel, pour son exposition de la situation, s´est appuyé dans une partie de son intervention sur un article de l´intellectuel nord-américain Noam Chomsky qui a affirmé que le début d´une guerre en Iran serait immédiatement suivie d´une autre dans la péninsule coréenne.

Le Commandant en Chef a signalé que la doctrine militaire de l´Iran est purement défensive et que son armement est de fabrication russe ou chinoise. Il a ajouté que les Gardiens de la Révolution ont des effectifs d´un million d´hommes et que, ces derniers mois, toute la population de 12 à 60 ans, en tout 20 millions de personnes de religion musulmane chiite, aussi bien les hommes que les femmes, reçoit une préparation militaire.

Il serait absurde que les iraniens  aillent en courant demander pardon aux États-Unis, a déclaré ironiquement Fidel qui a ajouté que l´Iran n´est pas une société divisée, comme c´était le cas en Irak, aussi bien du point de vue religieux que régional.

Fidel a rappelé que le président iranien Mahmud Ahmadinejad n´est pas du tout improvisé en matière de questions militaires, et il a également fait état de l´accroissement de la quantité d´armes nucléaires existant  dans le monde,  un accroissement dont les premiers artisans  sont les États-Unis   qui ont multiplié leur arsenal et qui ont augmenté  le budget de leurs dépenses militaires ces dernières années.

Il a également rappelé que Cuba a été deux fois menacée de l´emploi de ce type d´arme par le gouvernement nord-américain : la première fois en 1962, lors de la Crise d´Octobre, également appelée crise des missiles, et la seconde, à la fin des années 70 du siècle dernier,  lorsque des troupes cubaines prêtaient leur aide aux révolutionnaires angolais afin qu´ils puissent préserver leur indépendance. (AIN).

Comentar

Enviar comentario
  • Los comentarios deben basarse en el respeto a los criterios.
  • No se admitirán ofensas, frases vulgares ni palabras obscenas.
  • Nos reservamos el derecho de no publicar los que incumplan con las normas de este sitio.

Radio Cadena Agramonte | Noticias de Camagüey, Cuba y el Mundo | © 2020, Camagüey, Cuba.