Radio Cadena Agramonte
Mercredi, le 13 Dcembre 2017
Mardi, le 08 Aot 2017 - 17:57:35

Les aléas du calendrier



La Havane, 8 août.- Dans un championnat court, d’à peine 45 matches, démarrer sur un bon pied et faire preuve de régularité sont deux composantes déterminantes. Une mauvaise entame peut coûter très cher, de même que perdre des matches face à des adversaires plus faibles. Conscientes de cette réalité, les équipes étudient attentivement le calendrier de la 57ème édition de la Série nationale de baseball en prenant soin de bien noter les dates clés à retenir.

La liste des 16 sélections engagées dans le championnat permet d’y voir un peu plus clair sur les équipes ayant le plus de chances de se qualifier pour le second tour. Ce sont Pinar del Rio, Industriales (La Havane), Matanzas, Villa Clara, Ciego de Avila, Camagüey, Granma et Santiago de Cuba, qui devront jongler avec les aléas du calendrier et s’arranger pour tirer au mieux profit des matches à domicile.

Les Azucareros de Villa Clara, par exemple auront la chance de disputer quatre mini-séries de trois matches dans leur fief (contre Holguin, l’Île de la Jeunesse, Las Tunas et Artemisa), et même si dans la dernière ligne droite ils auront affaire à des adversaires redoutables comme Ciego de Avila et Industriales, ils joueront leur dernier match dans leur stade, le Augusto César Sandino de Santa Clara, devant leur public.

Par contre, les Lions de la capitale, les Industriales, disputeront les sept matches prévus au minimum au Stade Latinoamericano de La Havane et devront se déplacer dans des régions aux températures élevées. Leurs visites aux stades Capitan San Luis, de Pinar del Rio, José Ramon Cepero, de Ciego de Avila, Augusto César Sandino, de Santa Clara, et Guillermon Moncada, de Santiago de Cuba, sont de la plus haute importance, ces équipes faisant figure de rivaux directs dans la course à la qualification. Et pour comble, du 15 au 25, les Industriales devront disputer trois mini-séries de suite à l’extérieur face aux Tigres de Ciego de Avila, aux Azucareros et aux Vegueros.

Santiago de Cuba, l’une des équipes qui cherche à revenir aux premiers plans après un passage à vide de plusieurs années, aura l’avantage d’accueillir à domicile quatre équipes de haut vol (Villa Clara, Industriales, Ciego de Avila, le champion en titre Granma). Les Avispas (Guêpes) de Santiago, qui évolueront sous la houlette de l’entraîneur débutant Orestes Kindelan, joueront huit mini-séries à l’extérieur, si bien que les matches au Guillermon s’annoncent déjà décisifs pour une qualification à la deuxième phase.

Pinar del Rio, un autre historique, aura quant à lui le vent en poupe, si l’on sait qu’ils disputeront leur match le plus éloigné à Bayamo. Au Capitan San Luis, l’un des stades les plus difficiles du championnat, ils pourront mettre la pression aussi bien à Camagüey, l’équipe révélation de l’édition précédente, et aux Pirates de l’Île de la Jeunesse, toujours combatifs et imprévisibles.

Pinar pourra ensuite compter sur le soutien de son public face à Santiago, Ciego de Avila, Villa Clara, et aux Industriales de La Havane.

Les champions Alezans de Granma, auront un parcours plus compliqué. En début de championnat, ils ne pourront compter sur les services de leur star, le lanceur droitier Lazaro Blanco (qui évolue actuellement sous les couleurs des Capitales de Québec), qui fut incontestablement leur joueur le plus précieux dans la première phase de la saison passée.

Par ailleurs, ils ne disputeront que sept duels dans leur stade Martires de Barbados, et devront effectuer de nombreux déplacements lors de leurs trois dernières mini-séries.

Après avoir terminé leur calendrier à domicile le 21 septembre contre les Crocodiles de Matanzas, ils se rendront à Artemisa, puis sur un terrain particulièrement hostile comme le stade Cristobal Labra, de l’Île de la Jeunesse, avant d’effectuer un long trajet jusqu’à Holguin pour boucler la première phase.

Les choses ne sont pas non plus particulièrement aisées pour Ciego de Avila, qui devra se déplacer à Pinar del Rio, Matanzas, Villa Clara, Santiago de Cuba et l’Île de la Jeunesse, une équipe qui aime jouer les trouble-fête. Les Tigres auront l’avantage de disputer huit mini-séries à domicile, et quatre de ses cinq derniers duels au stade Cepero.

Pour leur part, Matanzas et Camagüey tenteront de figurer une nouvelle fois dans le groupe des six premiers. Matanzas débutera le championnat face à des adversaires abordables comme Mayabeque, Cienfuegos, l’Île de la Jeunesse et Artemisa, avant d’entrer dans une deuxième phase plus complexe ponctuée de deux voyages dans l’est du pays et seulement trois matches à domicile. Quant aux Taureaux de Camagüey, ils devront se servir de leur avantage à domicile face à des adversaires prenables sur le papier comme Cienfuegos, Artemisa, Mayabeque, Holguin et Sancti Spiritus. (Granma)