Radio Cadena Agramonte
Vendredi, le 15 Dcembre 2017
Mardi, le 08 Aot 2017 - 18:12:23

Alicia Alonso, une danseuse au sommet de l'Olympe



Ségovie, Espagne.- Bien qu'elle ait suffisamment de qualités méritant de la classer parmi l'une des plus grandes déesses du ballet universel, la mythique danseuse cubaine Alicia Alonso a rajouté à son parcours professionnel un nouveau titre, celui d'Ambassadrice Mondiale de la Danse.

L’Organisation des Nations Unies pour l'Éducation, la Science et la Culture (Unesco) a concédé le 22 juillet cette distinction à la « prima ballerina assoluta » Alicia Alonso, qui a été lauréate de nombreux prix tout le long de sa vie.

Le moment et le lieu de la nomination n'auraient pas pu être meilleurs: le 35ème Congrès Mondial des Arts Scénique qui a lieu dans la ville de Ségovie.

« Je me sens très honorée » a exprimé la chorégraphe et directrice du Ballet National de Cuba au moment de recevoir le prix de l'Unesco, l'organisation onusienne qui lui avait déjà octroyé le titre d'Ambassadrice de bonne volonté.

Nous avons voulu rendre hommage à Alicia Alonso « pour son parcours, pour tout ce qu'elle a fait, pour son travail comme enseignante, pour son dévouement pour la danse et pour sa solidarité envers d'autre pays », a souligné Alberto Garcia Castano, président du Centre Espagnol de l'Institut International de Théâtre (ITI-Unesco),

Alberto Garcia Castano a aussi fait remarqué que la fondation de la Chaire Alicia Alonso, qui est devenu l'actuel Institut de Danse de l'Université Rey Juan Carlos, est un centre pionnier dans l'introduction des arts scéniques dans l'enseignement supérieur en Espagne.

Lors d'un vibrant discours, la danseuse de flamenco, chorégraphe et actrice espagnole Cristina Hoyos -également nommée Ambassadrice mondiale de la Danse- a remercié l'Unesco de lui avoir concédé cette distinction.

« Toutes les deux déjà retirées de la scène, nous continuons de danser dans notre intérieur », a avoué Cristina Hoyos, recrutée par Antonio Gades en 1969, qui a ensuite été son partenaire de danse lors de deux décennies.  (Par Eduardo Rodriguez-Baz/PL)