Radio Cadena Agramonte
Lundi, le 11 Dcembre 2017
Lundi, le 06 Novembre 2017 - 15:07:51

L´opposition vénézuélienne tente de rénover leur coalition



Caracas, 6 novembre.- Des figures de l´opposition vénézuéliennes tentent de rénover la Table d´Unité Démocratique (MUD), malgré le fait qu´elle soit considéré par les médias spécialisés comme un « cadavre politique » suite à la défaite des élections régionales.

Diosdado Cabello, vice-président du Parti Socialiste Uni du Venezuela (Psuv), a commenté le fait qu´une équipe d´académiciens, d´entrepreneurs, ainsi que d´hommes et femmes politiques s´est réunie pour former un groupe de médiateurs qui tentera de remédier à la crise interne de la MUD.

Le groupe tentera de rétablir l´harmonie et le dialogue entre les 33 partis qui forment cette coalition d´opposition, et plus particulièrement les affrontements politiques d´Henry Ramos Allup, d´Action Démocratique (AD), avec Henrique Capriles Radonski, de La Justice d´Abord (PJ).

Selon les commentaires d´experts en médiation, la situation est dans une impasse, tout particulièrement à cause des ambitions personnelles de Ramos Allup, Capriles, Julio Borges (également de PJ) et du dirigeant de Volonté Populaire (VP), Leopoldo Lopez, lequel est actuellement emprisonné suite à une condamnation pour incitation à la rébellion et à la violence.

Lors des élections du 15 octobre dernier, les partis de la MUD qui ont affronté les forces de la gauche n´ont gagné que cinq postes de gouverneurs sur les 23 disponibles, et cela a accentué la crise au sein de cette coalition.

Ce coup dur a incité les principales organisations d´opposition a manifesté publiquement leur intention de ne pas participer aux élections municipales qui auront lieu le 10 décembre prochain. Certains analystes considèrent que cette décision est due à la peur d´une nouvelle défaite avant l’élection présidentielle de 2018.

Le représentant socialiste a également dénoncé le fait que « les dirigeants de l´opposition tentent de renforcer une image internationale selon laquelle il n´y a pas de démocratie au Venezuela. Ce qu´ils ont cherché à faire par ces annonces de ne pas participer aux élections municipales, c´est de créer une première page médiatique, un titre de couverture pour qu´il soit traduit dans toutes les langues possibles. C´est leur vengeance pour la bataille que vient de gagner la Révolution Bolivarienne lors des élections du 15 octobre dernier ». (Prensa Latina)