Radio Cadena Agramonte
Jeudi, le 14 Dcembre 2017
Mardi, le 28 Novembre 2017 - 18:13:50

Raul Castro a assisté à l’hommage funèbre d’Armando Hart



La Havane, 28 nov.- Le général d'armée Raul Castro Ruz, président du Conseil d'État et du Conseil des ministres, s’est rendu lundi matin au siège du Centre d'Études martiniennes, à l’occasion de la veillée funèbre de combattant révolutionnaire Armando Hart Davalos, une figure essentielle de notre histoire.

À 10h, le président cubain, accompagné d'autres membres du Bureau politique, a dirigé la dernière garde d'honneur de celui qui fut un fervent partisan de José Marti et de Fidel, et qui dès son plus jeune âge mit sa vie au service de la Patrie.

Dans la Salle Bolivar de l'institution, où s’étaient réunis ses proches, ses amis, ses compagnons d’armes et ses collègues, les notes de l'hymne national ont résonné, suivies d’un bouleversant moment de silence.

Puis Miguel Diaz-Canel Bermudez, Premier vice-président du Conseil d'État et du Conseil des ministres, a prononcé l’éloge posthume, dans lequel il a évoqué la vie courageuse d’Armando Hart, ainsi que l'extraordinaire exemple de loyauté, d'esprit de sacrifice, de fermeté et d'attachement absolu aux principes qu'il a légués aux générations présentes et futures.

« Le sens martinien de l'éthique a invariablement dicté sa conduite, toujours transparente, toujours implacable envers ceux qui se sont servis du pays comme d'un piédestal », a-t-il dit.

Diaz- Canel a également évoqué sa carrière en tant que ministre de l'Éducation du premier cabinet révolutionnaire, d'où il dirigea la campagne d'alphabétisation et l'admirable œuvre éducative qui allait changer notre pays.

Dix ans plus tard, faisait-il remarquer, Armando Hart assuma la création du nouveau ministère de la Culture, « […] depuis lequel il rectifia les erreurs, rétablit la communication avec l'avant-garde intellectuelle, impulsa l'éducation artistique et élabora un système institutionnel qui transforma le peuple en protagoniste des événements culturels.

Dans sa dernière phase de travail, Hart se consacra à l'une de ses principales passions : l'étude et la diffusion de la vie et de l'œuvre du Héros national José Marti. « […] Il était convaincu que les idéaux cubains d'émancipation, de justice et d'anti-impérialisme avait atteint leur apogée chez José Marti ».

«  Jusqu’à son dernier souffle, Hart fut un combattant intellectuel et politique infatigable », a déclaré Diaz-Canel, ajoutant « la mort n'est pas vraie quand l'œuvre de la vie a été bien accomplie. À cette phrase de Mati, Hart aurait ajouté :"Hasta la Victoria". » (Granma)