Radio Cadena Agramonte
Lundi, le 22 Janvier 2018
Mercredi, le 20 Dcembre 2017 - 12:35:06

Marchent mouvements sociaux au Pérou contre la corruption



Lima, 20 déc.- Une nouvelle marche contre la corruption et contre le Parti de la Force populaire (FP), majoritaire au parlement, aura lieu aujourd'hui dans la capitale péruvienne sous le thème " qui seront tous les corrompus", et exigera de nouvelles élections générales.

La mobilisation a été convoquée par divers groupes de citoyens que le samedi dernier ont mobilisé des milliers de manifestants dans le rejet à ce qu'estiment les manoeuvres de FP pour établir une dictature sur les institutions de justice et tout l'appareil d'État, à partir de sa puissance parlementaire.

La convocation, lancée par les réseaux Internet, rejette cette attaque utilisée comme facteur distractivo et de bénéfice pour l'FP, le processus de destitution du président, Pedro Pablo Kuczynski, qui seront examinés demain le Congrès de la République.

Dénonce la corruption généralisée qui affirme, touche les quatre derniers présidents élus, Alberto Fujimori (1990-2000), Alejandro Toledo (2001-2006) et Alan García (2006-2011), l'actuel mandataire et à la chef de FP, Keiko Fujimori.

Devant cette situation, "nous lançons un appel à toutes et tous les Péruviens pour lutter activement contre la corruption qui nous priver des droits, des chances et la possibilité de vivre dans un Pérou plus juste".

Après réclamer le processus pour la vacance (destitution) Kuczynski, dénonce la menace golpista du fujimorismo, et souligne la responsabilité des partis et des dirigeants corrompus à la grave crise actuelle.

Pour sa part, la Confédération générale des travailleurs du Pérou (CGTP) a convoqué pour demain à une journée nationale de marches de protestation qui coïncide avec la cruciale audition que vous verrez la vacance de Kuczynski.

La plus grande centrale syndicale péruvienne a appelé à aller en demande de nouvelles élections présidentielles et congresales et une nouvelle Constitution en remplacement de la néolibérale en vigueur.

" Nous voulons qui seront tous. C'est une lutte de fonds de lutte contre la corruption", a déclaré le Secrétaire général de la CGTP, Gerónimo López, alors que la vice-présidente, Carmela Sifuentes, a critiqué Kuczynski pour mettre en difficulté le pays et a rejeté l'agenda qui vise à imposer le fujimorismo depuis le parlement.

D'un autre côté, le dirigeant agricole Andrés lune Vargas a dit dans la région septentrionale de Piura qu'il existe des conditions de la vacance de Kuczynski mais cette " ne doit pas servir à couvrir d'autres corrompus" et peuvent en profiter pour leur impunité Alan García et Keiko Fujimori, examinés par le blanchiment des avoirs. (Texte et photo : PL)