Radio Cadena Agramonte
Samedi, le 07 Dcembre 2019
Lundi, le 04 Novembre 2019 - 09:48:52

Le blocus des États-Unis attaque le sport cubain mais ne freine pas son développement



Paris, 4 nov.- Le blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis à Cuba a un grave impact sur le sport, mais il n’empêche pas son développement et la recherche d’alternatives pour y faire face, a affirmé le haut fonctionnaire insulaire Raúl Fornés.

Comme tous les autres secteurs de la société cubaine, ce blocus criminel attaque à la fois le sport de haut niveau et la pratique populaire, a déclaré à Prensa Latina le premier vice-président de l’Institut National des Sports, de l´Éducation Physique et des Loisirs (Inder), qui participe au siège de l’Unesco à la septième Conférence des Parties de la Convention Internationale contre le Dopage dans le Sport.

Selon Fornes, qui est également député, rien qu’en 2018, le blocus nord-américain en vigueur depuis près de six décennies a nécessité plus de 4,6 millions de dollars en dépenses supplémentaires pour acquérir les ressources nécessaires à la pratique du sport.

Par exemple, pour la pratique du baseball, le matériel nécessaire pourrait être acheté directement aux États-Unis, mais la politique de Washington nous l´en empêche et le coût se multiplie en allant acquérir ce matériel dans des pays tiers, a-t-il expliqué.

Fornés a également évoqué les obstacles à la participation aux compétitions internationales et aux événements de formation et d’échange professionnels.

L’hostilité est tout aussi frappante dans le domaine purement économique, en raison de la persécution financière acharnée et des pressions contre les banques internationales, avec des cas concrets comme l’impossibilité de percevoir environ 84 mille dollars pour la participation cette année à la série de base-ball des Caraïbes, ou encore les 900 mille dollars auxquels notre fédération de football a pourtant droit, a-t-il souligné.

Selon le premier vice-président de l’Inder, la lutte contre le dopage, qui a attiré plus de 500 délégués à l’Unesco pour la conférence sur la convention de 2005, est une autre preuve des contraintes causées par le blocus que l’administration actuelle de la Maison Blanche s’efforce de renforcer.

Cuba possède dans sa capitale un laboratoire certifié depuis 16 ans par l’Agence Mondiale Antidopage, pour lequel il est bien complexe d’actualiser sa technologie et d’obtenir les produits réactifs, beaucoup d’entre eux provenant des États-Unis et devant obligatoirement être utilisés.

Fornés a expliqué que l’installation antidopage ne pouvait donc pas fonctionner à pleine capacité en ce qui concerne les tests.

Pendant 60 ans, les cubains ont fait face à ce blocus et y ont résisté, et le sport n’est pas l’exception, une discipline où l’on cherche des solutions et des alternatives, en remplaçant la technologie par la connaissance et en faisant appel à l’inventivité et à l’innovation, a-t-il expliqué.

L’ancien athlète et entraîneur a souligné que Cuba compte plus de 80 champions olympiques et des dizaines de médaillés mondiaux dans diverses spécialités, un succès habituellement réservé aux puissances et pays ayant une population beaucoup plus importante.

Le blocus ne nous a pas arrêtés, et il ne le fera pas, le fonctionnaire qui, la veille, a conclu le fonctionnaire  après avoir dénoncé cette politique agressive lors de cette conférence concernant la lutte contre le dopage dans le sport. (Prensa Latina)