Radio Cadena Agramonte
Samedi, le 04 Avril 2020
Lundi, le 17 Fvrier 2020 - 15:15:48

Le gouvernement de facto en Bolivie paralyse les projets sociaux



La Havane, 17 fév.- Ces derniers jours, la presse a révélé que l'administration de la présidente autoproclamée Jeanine Añez se proposait d’interrompre plusieurs projets sociaux promus par l'ancien président Evo Morales, notamment ceux liés au transport, au développement nucléaire et aux aides aux personnes à faibles revenus.

Selon Prensa Latina, les autorités putschistes ont l’intention de stopper tous les plans en cours, qui comptaient sur le financement de l'État pour leur mise en œuvre, lesquels étaient destinés principalement à la population bolivienne.

Après l'annonce, le 13 février, de l'abandon du projet de construction du train métropolitain, Evo Morales a insisté sur le fait qu'il s'agissait d'une œuvre d'intégration pour l'avenir.

« Sœurs et frères de Cochabamba, le Train métropolitain est une œuvre d'intégration qui, dans l’avenir, doit inclure Sacaba et le Valle Alto. Nous devons défendre la construction de ce moyen de transport écologique et économique », a écrit l’ancien président bolivien sur son compte twitter, après avoir appris les intentions des putschistes.

D'un coût de 447,6 millions de dollars, ce moyen de transport devait relier les centres administratifs de Sacaba, Cercado (ville de Cochabamba), Colcapirhua, Quillacollo, Vinto et Sipe Sipe.

Par ailleurs, le mardi 11 février, la prime Juana Azurduy, créée en 2009 par le leader bolivien au profit des femmes enceintes, des mères et des enfants de moins de deux ans, a été supprimée.

Depuis sa création et jusqu'en 2018, 2 64 224 mères et enfants de moins de deux ans en ont bénéficié, ce qui a nécessité un investissement de plus de 164 millions de dollars, selon des sources officielles.

Entre-temps, Añez et ses partisans ont annoncé le 12 février la possible suspension, pour de prétendues violations de la Constitution, de la construction d'un centre nucléaire de 351 millions de dollars sous contrat avec le groupe russe Rosatom.

Le directeur exécutif de l'Agence bolivienne pour l'énergie nucléaire (ABEN), Juan Alfredo Jordan, a indiqué que « des instructions ont été données pour interrompre » la construction du Centre de recherche et de développement de la technologie nucléaire jusqu'à ce que le Parlement et le Ministère public se prononcent à ce sujet.

Il est également important de noter que le gouvernement de facto n'a pas pris de mesures sur la question de l'augmentation rapide des cas de maladies transmises par le moustique Aedes aegypti, une situation qui met le pays en alerte après la surpopulation des hôpitaux, qui ont peu de personnel médical disponible. (Granma)