Radio Cadena Agramonte
Samedi, le 15 Aot 2020
Mardi, le 14 Juillet 2020 - 10:23:53

Le procès contre la compagnie de croisière Carnival en vertu de la loi Helms-Burton est rejeté



La Havane, 14 juil.- Un juge fédéral à Miami a rejeté la plainte déposée par un médecin de Floride auprès de la compagnie de croisière Carnival Corp. pour avoir fait des affaires à Cuba.

Selon le demandeur, Javier García-Bengochea, Carnival a utilisé pendant des années une propriété qui lui appartenait et qui avait été confisquée par le gouvernement cubain, pour laquelle il lui devait une compensation.

Le procès, déposé l'an dernier devant le tribunal de district des États-Unis pour le district sud de la Floride, a été l'un des premiers en vertu de la loi Helms Burton, qui permet aux étasuniens d'intenter une action en justice contre les entreprises qui font des affaires en Cuba dans des propriétés confisquées par le gouvernement révolutionnaire.

L'ambassadeur de Cuba aux États-Unis, José Ramón Cabañas, a partagé la nouvelle sur son compte sur le réseau social Twitter, soulignant que la mise en œuvre du titre III de la loi Helms-Burton n'a pas jusqu'à présent signifié de changement pour l'île.

Javier García-Bengochea, un neurochirurgien de Jacksonville, en Floride, a affirmé qu'il avait des droits de propriété en bord de mer commerciaux utilisés par Carnival depuis 2016.

Dans son procès, il a demandé à être indemnisé pour les affaires réalisées sur la propriété du port de Santiago de Cuba, qui a été confisquée en 1960 par le gouvernement cubain.

Cependant, le juge James Lawrence King a rejeté l'affaire cette semaine dans une décision qui portait sur l'acquisition par Garcia-Bengochea de la revendication de propriété.

Cependant, la décision n'intervient pas dans l'autorisation accordée illégalement par le titre III du Helms Burton, qui permet aux étasuniens de revendiquer des biens nationalisés, ce que de nombreux experts considèrent comme une atteinte à la souveraineté de la communauté internationale.

En l'occurrence, il se réfère uniquement au fait que le requérant n'a pas le droit de réclamer, car les biens qu'il qualifie de siens ne lui appartenaient pas au moment de leur nationalisation.

Le président étasunien Donald Trump a mis fin à la suspension du titre III de la loi Helms-Burton de 1996 en mai 2019, permettant aux citoyens qui revendiquent des propriétés confisquées par le gouvernement cubain de demander réparation aux entreprises opérant sur ces propriétés. (ACN) (Photo: fichier)