Radio Cadena Agramonte
Vendredi, le 25 Septembre 2020
Jeudi, le 06 Aot 2020 - 11:04:13

Nous n'avons pas le droit de relâcher notre comportement, dit Díaz-Canel en raison de l'augmentation des cas de Covid-19



Ce mercredi il a été décidé de retourner dans la province d'Artemisa à la phase 1 de la reprise, tandis qu'à La Havane les mesures du stade épidémique seront reprises

La Havane, 6 août. - Le Président de la République, Miguel Díaz-Canel Bermúdez, a souligné ce mercredi que dans cette bataille pour la vie, pour la santé et pour faire face à la situation économique du pays au milieu de la pandémie qui sévit dans le monde , «Nous n'avons pas le droit de relâcher notre comportement, nous n'avons pas le droit de diminuer la perception du risque, il n'y a pas de droit au repos dans l'application des mesures».

Cuba s'est réveillée ce mercredi avec 240 cas actifs, soit 8,8% des 2726 patients confirmés depuis mars, des chiffres qui ont augmenté ces deux dernières semaines. A propos de cette situation, Díaz-Canel a souligné que nous étions conscients qu'après avoir franchi l'étape la plus complexe, nous allions vivre avec la maladie et que nous réussirions à éviter les flambées dans la même mesure que nous travaillions.

C'est le troisième moment, a-t-il souligné, dans lequel nous avons eu une certaine incidence de cas au-dessus de ce que nous avions normalisé, car, bien sûr, il s'agit d'un pic très bas par rapport au moment maximal. «Mais puisque nous avons eu la capacité de réduire les cas à des niveaux tels que ceux qui se comportaient, c'est une situation qui nous inquiète, car elle montre une certaine anomalie au moment où nous travaillons», at-il rapporté.

Díaz-Canel a averti qu'au moment de l'année où nous nous trouvons, «si nous ne contrôlons pas bien cette situation, si nous ne revenons pas à la situation que nous avions la plus favorable, nous compromettons la vie et la santé des gens. Mais d'un autre côté, nous commettons des choses aussi graves que la rentrée scolaire, surtout dans les deux provinces qui sont plus compliquées. Un parcours difficile, dit-il, car il s'agit de récupérer ce qui a été perdu du précédent.

Lors de cette séance de travail basée au Palacio de la Revolución et tenue par conférence video avec les plus hautes autorités des cinq provinces occidentales du pays, le ministre des Transports, Eduardo Rodríguez Dávila, a rapporté que plusieurs conseils de défense évaluent ensemble des mesures visant à réduire la mobilité des personnes entre La Havane, Artemisa, Pinar del Río, Mayabeque et Matanzas, qui seront signalées dans les prochaines heures. (Presidencia de Cuba) (Photo: Estudios Revolución )