Radio Cadena Agramonte
Mardi, le 20 Octobre 2020
Vendredi, le 18 Septembre 2020 - 10:58:08

Díaz-Canel: Notre force réside dans l'unité et la conviction de ne pas abandonner



La Havane, 18 sept .- Le Président de la République, Miguel Díaz-Canel Bermúdez, a assuré ce jeudi au Palais de la Révolution qu'à Cuba il n'y avait pas de place pour le découragement et la bataille que nous affrontons contre le Covid-19 et le crise économique qu'elle a engendrée, nous allons également la surmonter.

En animant une réunion avec les gouverneurs de toutes les provinces et le maire de la municipalité spéciale d'Isla de la Juventud - où différentes questions de la vie économique et sociale de la nation ont été évaluées - le chef de l'État a ratifié « notre sens de la dignité et la conviction de ne pas abandonner ».

Notre force, a-t-il dit, réside dans l'unité que nous avons autour de la souveraineté, de l'indépendance, du socialisme, de la prospérité et de la durabilité, à laquelle nous n'allons pas renoncer, d'un projet totalement cubain, avec indépendance et sans ingérence.

Cuba, comme personne d'autre, a démontré sa volonté de rendre possible un monde meilleur. Ceci est présent dans la vocation humaniste de la Révolution, a déclaré Díaz-Canel, qui n'est pas seulement un concept ou un but, mais qui est un facteur intrinsèque dans la manière dont elle a toujours agi et aussi dans la confrontation avec cette pandémie.

Nous devons constamment reconnaître la participation de nos peuples et continuer de les appeler à continuer de contribuer au résultat de cette bataille, dont ils ont été le principal protagoniste, a-t-il souligné.

Concernant le scénario épidémiologique que connaît Cuba, le Président de la République a estimé qu'à l'approche du moment où la courbe épidémique descend, en cas actifs et aussi en décès, il faut récupérer des actions sanitaires qui donnent un protection et nous permettent également d'évoluer davantage vers la normalité dans la vie économique, productive et sociale.

«Nous devons être capables, avec un nouveau modèle de vie ou un modèle de vie ajusté, d'être prêts à vivre, produire et continuer à progresser, même avec la présence de la maladie», a-t-il déclaré.

Pour cela, a ajouté le président cubain, il faut un ensemble très pratique de procédures opérationnelles, avec des principes de rationalité, de science et d'évaluation des risques.

Díaz-Canel a évoqué «un ensemble de questions de base, que nous avons comme leçons et leçons suffisantes que nous a données toute cette étape de confrontation » : la distance nécessaire entre les gens, l'utilisation du masque pour éviter la contagion, maintenir le Les mesures hygiéno-sanitaires avec la fréquence et la portée proposées, améliorent la qualité de l'enquête et de l'enquête épidémiologique, et évitent autant que possible les espaces clos et les foules.

De plus, a indiqué Díaz-Canel, un style de travail des cadres s'impose où nous avons toute la capacité d'informer et que nos plateformes de communication sociale n'omettent aucun des enjeux prioritaires, ni les circonstances que nous vivons.

Que tous les éléments sont en place, a insisté le président, et que ce qui est bon et ce qui éclaire au milieu de cette situation complexe doit être mis en évidence, ce qui nous unit, ce pour quoi nous luttons et ce que nous défendons.

Le chef de l'Etat a évoqué la campagne pour discréditer la Révolution qui est censée être créée dans les réseaux sociaux et la manière dont un groupe de questions est abordé dans lequel ils tentent de nous diviser, comme le racisme, la violence contre les femmes, les droits de l’homme et la liberté religieuse. Une tentative est faite pour présenter le pays avec un handicap gouvernemental et économique; et d'autre part, les dirigeants, les leaders d'opinion, les intellectuels et les artistes qui défendent le processus révolutionnaire sont vicieusement attaqués, a-t-il estimé.

Il a affirmé que les attaques contre nos principales sources de revenus sont impitoyables et incessantes. Une résurgence brutale du blocus et des percussions financières est évidente. En outre, il existe des preuves d'un appel et d'un but pour encourager une flambée sociale dans le pays, également dans le cadre des intérêts électoraux nord-américains.

À cela, il faut ajouter l'impact du Covid-19 dans notre pays, au milieu d'une repousse qui a prolongé notre retour à la normale au fil du temps. Cela a eu un impact sur le budget de l'Etat, avec d'énormes coûts sociaux, ce que « nous faisons sans aucun regret, car en premier lieu l'objectif ici a été de sauver des vies » .

Lors de la réunion - dirigée par le Premier ministre Manuel Marrero Cruz, et dans laquelle le deuxième secrétaire du Comité central du Parti communiste, José Ramón Machado Ventura; le président de l'Assemblée nationale du pouvoir populaire, Esteban Lazo Hernández, et le vice-président de la République, Salvador Valdés Mesa - des questions importantes ont été abordées telles que la mise en œuvre de la stratégie pour relancer l'économie au milieu de la crise provoquée par la pandémie , le déroulement de l'année scolaire, la politique du logement, le programme de souveraineté alimentaire et la situation épidémiologique.

Dans l'échange avec les autorités des territoires, Díaz-Canel a décidé en priorité «de donner plus de rythme à la mise en œuvre de la stratégie économique proposée pour cette étape de crise», dans laquelle les autorités locales jouent un rôle fondamental. Ici, il est essentiel, a-t-il dit, de transformer l'agriculture, de redimensionner son système commercial, d'augmenter la production, de créer des liens avec l'industrie nationale et de s'associer aux investissements étrangers et au tourisme.

Le chef de l'Etat a parlé de «reprendre les systèmes de travail du gouvernement à tous les niveaux, nous ne pouvons pas nous concentrer uniquement sur Covid-19, quels que soient les efforts qu'il faut. Nous devons avoir la capacité de faire face à l'épidémie et au reste des problèmes auxquels nous devons faire face, aux niveaux municipal, provincial et national » .

Concernant l'année scolaire, qui a repris le 1er septembre, il a souligné que l'enjeu est de continuer à avancer, avec sécurité et qualité. Pour cela, nous devons être très stricts dans les mesures sanitaires, dans l'enquête et maintenir une interaction constante avec les familles.

Concernant le Programme National de Logement - par lequel 32 595 avaient été achevés à la fin du mois d'août, pour 79% de conformité au plan annuel - le Président a estimé que «nous devons lutter pour réaliser le plan de l'année; Cela a été une étape tendue, mais c'est là que réside la capacité de grandir au milieu de cette situation ». (Presidencia cubana) (Photo: Estudios Revolución)