logo

La Havane, 23 déc.- L'Institut cubain d'art et d'industrie cinématographique (ICAIC) prépare un cycle de films et documentaires emblématiques de la filmographie nationale, dans le cadre des activités de la journée pour le triomphe de la révolution.

Dans l'intention de s'associer à la célébration du 62e anniversaire de la Révolution cubaine, l'ICAIC propose de ce mercredi au dimanche 3 janvier, une fabuleuse sélection de six longs métrages de fiction et 36 documentaires, qui seront projetés dans l'Acapulco et dans les salles 1, 3 et 4 de l' Infanta Multicine, il infomed l'institution.

Ainsi, sous le slogan Culture, Révolution, Cubanía, le cycle commence ce 23 décembre par une représentation de gala, consacrée au Ballet National de Cuba (BNC) avec l'œuvre Giselle (1964), du cinéaste cubain Enrique Pineda Barnet, un 19h00 à Acapulco, pour le centenaire de la prima ballerina assoluta Alicia Alonso (1920-2019).

Ce matériel comprend les interprétations d'Alicia Alonso, Azari Plisetski, Fernando Alonso, José Parés, Mirta Plá, Loipa Araujo et le BNC Dance Corps, en 88 minutes consacrées à cette pièce classique du ballet mondial, avec laquelle le grand danseur cubain s'est fait connaître au monde, auquel il a ensuite donné sa propre version digne d'éloges émotionnels.

Parmi les bandes du programme de fiction figurent Casa Vieja (2010), de Lester Hamlet, basée sur l'œuvre homonyme d'Abelardo Estorino avec les interprétations de Yadier Fernández, Daisy Quintana, Alberto Pujol, Adria Santana; et Como la vida lui-même (1987), de Victor Casaus, avec Sergio Corrieri, Fernando Hechevarría, Gilda Hernández, Flora Lauten et Beatriz Valdés

Ils complètent le panneau d'affichage La mort inutile de mon partenaire Manolo (1989), de Julio García-Espinosa; María Antonia (1990), par Sergio Giral; Le prix skinny (2009), de Juan Carlos Cremata et Iraida Malberti; et La bella del Alhambra (1989), d'Enrique Pineda Barnett.

Le public pourra profiter des documentaires Son para un sonero (2007), du réalisateur Lourdes de los Santos, sur le musicien cubain Adalberto Álvarez; Color de Cuba (1968), de Bernabé Hernández, qui aborde la vie et l'œuvre du peintre René Portocarrero; et Show Time (2011), une œuvre d'Alina Morante proche de la carrière de Santiago Alfonso, Prix national de la danse.

En outre, le cycle comprend d'autres pièces importantes du documentaire national comme Nosotros, la Música (1964), de Rogelio Paris; Omara (1983), par Fernando Pérez; Obataleo (1988), par Humberto Solás; et Looking for Chano Pozo (1987), de Rebeca Chávez.

Pendant ce temps, la vie personnelle et professionnelle de personnalités importantes de la culture nationale comme les plasticiens Fidelio Ponce de León, Wifredo Lam, Rita Longa et Nelson Domínguez, les cinéastes Manuel Pérez Paredes et Tomás Gutiérrez Alea, la danseuse Loipa Araújo, le l'acteur José Antonio Rodríguez, Luis Carbonel et Rita Montaner sont proposés à l'attention du public dans cette précieuse série de documentaires cubains. (ACN) (Photo: Fichier)  



Comments


Your email will not be published *