logo

L'étude d'une écriture ancienne suggère que les marins de la ville italienne de Gênes connaissaient déjà l'existence de l'Amérique 150 ans avant la célèbre découverte de Christophe Colomb.

Dans le texte intitulé « Cronica universalis », découvert en 2013, il est fait mention d'une terre appelée Marckalada, située à l'ouest du Groenland. Ce document porte la signature du moine milanais Galvaneus Flamma, qui vécut de 1283 à 1345, comprend un article publié dans la revue scientifique Terrae Incognitae par l'expert en littérature médiévale et professeur à l'Université de Milan, Paolo Chiesa.

Markland a été mentionné par certaines sources islandaises et identifié par les chercheurs comme faisant partie de la côte atlantique de l'Amérique du Nord. «La référence Galvaneus, probablement dérivée de sources orales entendues à Gênes, est la première mention du continent américain dans la région méditerranéenne», soutient l'étude.

Galvaneus était un frère dominicain qui vivait à Milan et était apparenté à la maison des Visconti, qui dirigeait la ville à cette époque. Galvaneus a laissé plusieurs essais historiques en latin, principalement sur des problèmes locaux contemporains basés sur des informations de première main. Mais il traite également d'événements survenus en dehors de Milan, selon différentes sources.

«Ces rumeurs [à propos de Markland] étaient trop vagues pour trouver une cohérence dans les représentations cartographiques ou académiques», a noté Chiesa, expliquant pourquoi Marckalada n'a pas été classée comme une nouvelle terre à l'époque.

Cependant, le scientifique considère que la «Cronica universali» apporte une preuve sans précédent à l'hypothèse que les informations sur le continent américain, issues de sources nordiques, circulaient en Italie un siècle et demi avant l'arrivée de Colomb.

« Plus à l'ouest, il y a une autre terre, appelée Marckalada, où vivent des géants ; sur cette terre, il y a des bâtiments avec des dalles de pierre si énormes que personne ne pourrait construire avec eux, sauf d'énormes géants. Il y a aussi des arbres verts, des animaux et beaucoup d'oiseaux », écrit Galvaneus dans l'ancien texte.

Chiesa pense que les marins génois auraient pu apporter à la ville des informations éparses sur ces terres. «La Marckalada à laquelle [les voyageurs] se réfèrent doit être le Markland des Vikings et l'idée que les géants y vivent vient d'anciennes légendes nordiques», résume le chercheur italien. (Texte et photo : RT)



Comments


Your email will not be published *