Radio Cadena Agramonte
Samedi, le 12 Juin 2021
Mardi, le 13 Avril 2021 - 11:17:47

Une foi immortelle



Par Edel Blanco Duarte / Radio Cadena Agramonte.

Le feu intense provoqué par un sabotage effectué au magasin El Encanto à La Havane a brûlé son corps le 13 avril 1961. Fe del Valle a été brûlé, victime d'un autre acte terroriste perpétré contre Cuba par des mercenaires payés par la CIA.

Vers sept heures du soir, les flammes ont commencé à se propager dans le grand centre commercial et ont rapidement envahi l'ensemble de la propriété, provoquant l'effondrement des murs.

Certains survivants disent que «Lula», comme ils l'appelaient affectueusement Fe, est retourné chercher les fonds qui avaient été collectés pour la construction de garderies ou qu'il guidait le départ des travailleurs; le fait est qu’elle a été victime d’actes terroristes contre Cuba.

La haine et l'argent de ceux qui ont dicté le destin de la nation antillaise avant le 1er janvier 1959, ont incité la prise de conscience de cette barbarie qui séparait une femme de 43 ans de ses compagnons et empêchait deux enfants, Robin et Erick, de profiter de la l'amour de sa mère pendant plus longtemps.

Avec ce sabotage, les ennemis de la Révolution ont voulu démontrer, une fois de plus, leur mécontentement face à ce processus et à son importance.

Ils ont tenté de répandre - comme c'est toujours le cas - une politique de peur qui créerait le chaos et le mécontentement parmi la population et permettrait au gouvernement américain d'intervenir sur l'île, comme il l'avait fait auparavant en 1898.

Parmi les auteurs intellectuels et physiques de l’incident, il n’y avait pas un seul analphabète, pas un cubain pauvre qui, à l’époque encore, avec la campagne d’alphabétisation en cours, en avait beaucoup dans les villes et les champs.

Les assassins étaient des individus aux instincts bas qui pensaient qu'avec une horreur de ce genre, ils allaient changer le cours de ce «déplacement trop à gauche» qui les faisait sursauter devant le danger de leurs intérêts.

Mais Faith n'est pas morte pour l'histoire cubaine; inspiré et inspire courage et courage contre les injustices. Elle s'est multipliée et vit dans chaque fédérée, dans chaque milice, dans chaque femme qui défend la Révolution. (Photo: fichier)