Radio Cadena Agramonte
Jeudi, le 29 Juillet 2021
Samedi, le 12 Juin 2021 - 10:56:50

On intensifie des efforts à Camagüey pour surmonter les retards dans la plantation de printemps



Camagüey, 12 juin.- Avec une prédominance de cultures à cycle court comme le maïs, la patate douce et la courge, et dans une période plus longue le yucca et la banane, dans la province de Camagüey, on a planté 9 692 hectares (ha) de plus de 10 milliers prévus à ce jour, dans le cadre de la campagne de semis de printemps, en augmentant les efforts pour surmonter les retards actuels.

Le plan total est d'atteindre plus de 19 000 ha d'ici août, et tout est mis en œuvre pour mettre à jour ce qui est prévu, a expliqué à l'ACN Julio Velázquez Ávila, délégué du ministère de l'Agriculture (MINAG) sur le territoire.

Concernant les viands, il a expliqué que trois mille 60 ha ont été plantés, et la patate douce avec les pluies récentes est la culture qui a été la plus favorisée car elle était l'une des plus arriérées, avec un réel de 342 ha, bien qu'elles doit atteindre 217 ha supplémentaires pour rester à jour, comme prévu pour l'instant.

Une autre ligne est celle des légumes, qui ont un bon rythme avec un réel de 2810 ha, au sein duquel le potiron est plus prédominant, suivi par la laitue, la blette et le céleri, entre autres.

Comme principale cause des retards actuels, Velázquez Ávila a souligné le manque de carburant et les pluies rares dans les premières périodes de la saison, dont on attend de meilleurs résultats en raison du réajustement des prix des services et des intrants pour les producteurs, et la possibilité qu'ils vendent leurs récoltes sans intermédiaires.

Les coûts des heures de vol pour la fumigation du sol, de l'électricité et de l'eau ont chuté après une étude et des processus de consultation effectués, car initialement leurs tarifs lorsqu'ils étaient modifiés étaient multipliés par trois, a-t-il déclaré.

À cet égard, l'agriculteur Jorge Viera Manso, de la Coopérative de crédit et de services Renato Guitart, de Camagüey, a assuré que les nouvelles libertés de commercialisation sont l'un des problèmes qui profitent le plus au producteur.

Maintenant qu'ils nous ont ouvert le diapason, nous ne dépendons plus seulement d'Acopio, c'est très bien, que le paysan peut vendre directement à la population, car ainsi les récoltes ne vont plus se perdre dans les champs comme nous parfois fait pendant que nous attendions de venir chercher, a-t-il commenté.

La mise en œuvre de chacune des mesures approuvées pour renforcer l'agriculture et améliorer la production alimentaire est un processus qui est périodiquement contrôlé territoire par territoire par les autorités gouvernementales et politiques correspondantes afin de rendre viable la gestion des producteurs. (ACN) (Photo : Fichier)