Camagüey, Université de Camagüey, conflit israélo-palestinien, paix, droits de l'homme

Les étudiants de l'université de Camagüey condamnent l'escalade du conflit israélo-palestinien


Camagüey, 25 octobre - Les étudiants de l'Université de Camagüey (UC) Ignacio Agramonte Loynaz ont condamné l'escalade actuelle du conflit entre Israël et la Palestine lors d'un événement organisé au siège de l'université, appelant à la paix et à la protection des droits de l'homme.

Gabriela Prince Pérez, présidente de la Fédération des étudiants de l'institution universitaire, a expliqué que les membres, en collaboration avec l'Organisation continentale des étudiants d'Amérique latine et des Caraïbes, développent un travail intense dans les réseaux sociaux avec des plénières, des affiches, des sondages et d'autres initiatives qui démontrent la solidarité et le respect de la vie.

La chose la plus précieuse est l'affection entre les peuples, a commenté Edvin Giovanny Suárez Zuleta, étudiant en ingénierie agronomique à l'université de Cundinamarca en Colombie, inscrit à l'UC dans le cadre d'un programme de bourses d'internationalisation.

Le jeune homme a exprimé son rejet d'une guerre qui, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies, a déplacé environ 1,4 million de résidents de la bande de Gaza, soit plus de la moitié de la population, à la suite de la dernière escalade du conflit israélo-palestinien, qui a fait plus de 5 300 morts depuis le début des hostilités le 7 octobre.

Yoselin Mayra Choque de la Cruz, qui suit un cursus en Éducation préscolaire à l'Université nationale de Huancavelica au Pérou, grâce au programme de mobilité des étudiants, a manifesté sa position contre cette belligérance, notamment parce qu'elle pense aux enfants qui en sont victimes au quotidien.

L'Organisation mondiale de la santé a averti qu'au moins 50 000 femmes enceintes à Gaza - dont quelque 5 500 devraient accoucher au cours du mois prochain - sont actuellement dans l'incapacité d'accéder aux services de santé essentiels.

Le Fonds des Nations unies pour l'enfance a averti que la vie d'au moins 120 bébés prématurés placés dans des couveuses d'hôpitaux à Gaza est en danger en raison du manque de carburant dans l'enclave palestinienne. (ACN) (Photo tirée de l'Internet)


Dans cette catégorie

Comentarios


Tu dirección de correo no será publicada *