Lula, Ursula von der Leyen, Ukraine, Commission européenne,

Lula à Ursula von der Leyen: "Plus de diplomatie et moins d'interventions armées"


La Havane, 13 juin - Le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, a souligné l’importance d’une action plus diplomatique afin de résoudre le conflit en Ukraine et dans d’autres points du monde, au terme des conversations officielles à Brasilia avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

"Nous avons besoin de plus de diplomatie et de moins d'interventions armées en Ukraine, en Palestine et au Yémen. Les horreurs de la guerre et les souffrances qu'elle engendre ne peuvent être traitées de manière sélective", a souligné Lula dans des déclarations à la presse

Il a insisté sur le fait qu'"il n'y a pas de solution militaire à ce conflit" et il a rappelé que les principes du droit international s'appliquent à tous, et pas seulement à certains pays.

Ursula Von der Leyen a admis que "l'impact de cette guerre dépasse largement les frontières de l'Ukraine" et a elle cité en exemple l'inflation ou le manque d'engrais dans les pays d'Amérique Latine.

La présidente de la Commission européenne a d’autre part plaidé pour la conclusion de l’accord entre l’Union Européenne et le MERCOSUR, le Marché économique des pays sud-américains avant la fin de l’année.

Elle souhaite mettre un point final aux négociations qui traînent depuis des décennies en attente d’une annexe visant à renforcer les garanties environnementales, notamment sur la déforestation.

Mme Von der Leyen a affirmé qu'il y aurait de "grands avantages" pour les deux parties, tels que la génération d'un plus grand flux d'investissements et un impact positif sur la compétitivité de l'industrie brésilienne et la création d'emplois.

Pour sa part, le président brésilien a exprimé la préoccupation du Brésil à l'égard de l'instrument présenté par Bruxelles, rappelant qu'il propose des sanctions à l'encontre du pays en cas de non-respect des questions environnementales. "La prémisse qui devrait guider le partenariat stratégique devrait être la confiance mutuelle et non la méfiance et les sanctions", a-t-il déploré.

Lula a critiqué le fait que l'UE ait des "lois aux effets extraterritoriaux" qui modifient l'équilibre et représentent des "restrictions potentielles" pour les exportations agricoles et industrielles brésiliennes. (Texte: RHC)


Dans cette catégorie

Comentarios


Tu dirección de correo no será publicada *