Camagüey, Cuba, Ariel Fonseca, artistes, concours littéraires, littérature

Ariel Fonseca, Prix national Emilio Ballagas 2023


Camagüey, 8 novembre - L'écrivain Ariel Fonseca Rivero, de la province de Sancti Spiritus, a remporté la 29e édition du Prix national Emilio Ballagas avec son œuvre Yo maté a mi madre (J'ai tué ma mère), qui a été annoncée lors de la cérémonie de clôture de l'événement qui s'est transformé en une rencontre entre artistes et amis.

Fonseca Rivero a participé à plusieurs concours littéraires à Camagüey et dit qu'il a terminé ce roman presque à la fin du délai, mais qu'il a toujours eu envie de concourir avec cette œuvre, qui a pour lui une immense valeur sentimentale.

"L'inspiration est venue à la suite du décès de ma mère, car j'ai ressenti le besoin de lui rendre hommage, de diriger les souvenirs et de revenir sur certains éléments qui ont marqué notre vie, comme une manière de la garder présente, de la rendre éternelle", a-t-il déclaré.

Yoandra Santana Perdomo, membre du jury, a remercié tous les participants, qui ont fait état de la grande qualité des 12 œuvres présentées; elle a également indiqué que les deux romans finalistes restants (Yo no me voy de aquí, de Ronel González Sánchez et Prohibido morir en La Habana, d'Argenis Osorio Sánchez) méritaient chacun une mention.

Maikel Sardaña Pérez, directeur de l'Editorial Ácana, a invité les écrivains et les artistes à participer à la 30e édition de cet important événement littéraire qui, l'année prochaine, sera consacré à la littérature pour enfants.

Yunielkis Naranjo Guerra, directeur du Centre provincial du livre et de la littérature Enrique José Varona, a présenté les expériences qu'il a vécues lors de sa récente visite d'échange culturel au Chili, une occasion de partager ses expériences en matière de gestion culturelle sur le territoire de Camagüey.

Il a souligné que le 30e prix Emilio Ballagas aura un caractère international, puisque des invités étrangers présenteront également leurs textes dans cette ville, berceau de la littérature cubaine. (Texte et photo: Idaylén Rodríguez Rodríguez/ Radio Cadena Agramonte)


Dans cette catégorie

Comentarios


Tu dirección de correo no será publicada *