Cuba, biopesticides, bioproduits, industrie, Labiofam

Usine moderne de bioproduits prête à Cuba


La Havane, 31 mars.- Le groupe d'affaires Labiofam a annoncé ce mercredi que d'ici la mi-2023, il démarrera une industrie moderne qui produira des biopesticides et des bioproduits pour l'agriculture et la lutte antivectorielle à Cuba et pour l'exportation.

Actuellement, l'usine est pleinement opérationnelle, tandis qu'au second semestre de cette année, nous commencerons à produire et en 2024, nous espérons entrer sur le marché étranger, a déclaré Teobaldo Cruz, directeur du complexe industriel situé dans cette capitale. une rencontre avec la presse.

D'une superficie de 46 522 mètres carrés, le complexe industriel est composé d'un bloc de production de bioproduits et d'un autre de services d'ingénierie, d'un vivarium, ainsi que de deux usines : de synthèse chimique et de traitement des déchets.

Il a expliqué que du point de vue de la technologie installée, l'usine de fermentation immergée a une capacité de cinq millions 800 000 litres de bouillon fermenté par an et de trois millions 800 000 de concentré ; tandis que la fermentation biphasique pourra produire 1 800 tonnes.

Il a mentionné que d'autres points forts de cette entité sont : la fabrication de ses propres conteneurs, le respect dans les conceptions des bonnes pratiques de production et de laboratoire dans toutes les procédures, les flux de production définis conformément aux réglementations internationales en vigueur pour l'industrie biotechnologique.

Pour sa part, Lirka Rodríguez, vice-présidente de Labiofam, a expliqué qu'initialement, les produits qui vont commencer à être proposés sont ceux pour lesquels le Groupe n'avait pas la capacité installée pour pouvoir le faire.

Ensuite, a-t-ellel souligné, entreraient les biopesticides agricoles qui sont également produits dans de petites usines à La Havane, Sancti Spíritus et Matanzas, à savoir Thurisave 13, Thurisave 24 et Thurisave 25, des bioproduits à usage agricole efficaces pour lutter contre les ravageurs qui affectent les récoltes.

Avec cette industrie, a assuré Rodríguez à Prensa Latina, nous pouvons répondre à ce qui est demandé dans le pays aujourd'hui, tant pour les produits destinés à la santé (pour la lutte antivectorielle) que pour ceux destinés à l'agriculture.

Concernant le marché extérieur, a-t-elle précisé, Labiofam est traditionnellement présent avec ces produits dans les zones d'Amérique centrale, d'Amérique du Sud et d'Afrique, sur la base des programmes de lutte antivectorielle qui ont été menés.

En ce moment, nous sommes au Kenya et nous travaillons en Angola avec la possibilité d'augmenter ce marché, et il existe des stratégies pour s'étendre à d'autres pays africains.

Dans les Amériques, nous exportons principalement vers le Nicaragua et nous travaillons sur des marchés tels que la République dominicaine - qui était forte pour nous à l'époque - et aussi le Mexique, pays où nous avons enregistré ces produits.

Nous progressons également dans l'enregistrement sanitaire de ces articles dans d'autres pays de la région, comme le Costa Rica, la Jamaïque, Trinidad et Tobago, a informé le vice-président de Labiofam. (Texte et photo: PL)


Dans cette catégorie

Comentarios


Tu dirección de correo no será publicada *