Cuba, cinéma, Gibara

Le Festival international du film de Gibara fait la promotion d'une nouvelle affiche


La Havane, 27 juin - Le septième art reprendra les projections dans la Ville de Gibara lorsque débutera en août le 17e Festival international de cinéma de Gibara, qui fait  la promotion d'une affiche et lance le compte à rebours jusqu'à l'ouverture.

Sur Facebook, l'événement met en avant la visualité de l'affiche, réalisée par l'artiste graphique Nelson Ponce, qui établit un support visuel entre l'image du festival et l'utilisation de différentes ressources graphiques présentes dans les éditions précédentes, pour faire référence aux réalisations de l'événement 20 ans après sa création.

Le code couleur de l'affiche montre l'énergie de Gibara, une ville de l'Est du pays, et de nouvelles couleurs chaudes accompagneront le bleu fréquent qui a caractérisé le festival, à cette occasion, pour faire allusion à la saison estivale dans laquelle il se déroule, a indiqué la source.

De cette manière, l'événement célèbre déjà l'atmosphère cinématographique qui sera respirée dans cette ville de la province de Holguín, où, il y a deux décennies, le festival fut créé et défendu par le cinéaste cubain Humberto Solás.

Connu également sous le nom de Festival Internacional de Cine Pobre de Gibara, nom donné au festival en 2003, il est décrit comme un événement cinématographique de haut niveau esthétique et de grande qualité.

Depuis 2009, après le décès de son fondateur, le festival a adopté le nom de Festival Internacional de Cine Pobre "Humberto Solás" et est désormais connu sous le nom de Festival Internacional de Cine de Gibara.

Chacune des éditions a compté avec la participation d'artistes nationaux et internationaux de premier plan et des habitants de la "Ville Blanche", qui ont fait de cet espace une activité villageoise.

La création de cet événement est une initiative de Solás pour stimuler le cinéma à petit budget, un projet qu'il a développé à Gibara parce qu'il était captivé par le village depuis le tournage de la troisième histoire du film Lucía (1968).

Ce réalisateur, producteur et scénariste, décédé en 2009, est resté dans les mémoires pour son œuvre, en particulier pour le film Lucía, considéré comme l'un des 10 longs métrages les plus importants d'Amérique latine. (Texte: Cubarte)


Dans cette catégorie

Comentarios


Tu dirección de correo no será publicada *