Venezuela, CELAC, développement agricole, FAO,

Le Venezuela propose des modifications au programme de développement agricole de la CELAC


La Havane, 28 juin - Le Venezuela a présenté ce mardi une série de propositions aux pays membres de la CELAC, la Communauté des États Latino-américains et Caribéens en matière d’agriculture et de souveraineté alimentaire.

Le Venezuela a proposé à la présidence tournante du bloc d'intégration, assurée par Saint-Vincent-et-les-Grenadines, de modifier le "Plan SAN Celac", dans le cadre des engagements pris par les chefs d'État en matière de souveraineté et de sécurité alimentaires.

Selon un document remis à la presse, la République bolivarienne propose de renforcer les modèles de consommation ancestraux et de faciliter l'accès aux aliments qui complètent le régime alimentaire local, en rendant viables les processus logistiques, administratifs et tarifaires.

Le Venezuela propose, entre autres, la création d'un grand consortium pétrochimique latino-américain et caribéen, qui garantirait l'accès aux engrais nécessaires à la production à des prix équitables et sans barrières tarifaires.

Le document appelle aussi à la création d'une "solide structure financière intra-régionale", qui constituerait un portefeuille de crédit exclusivement destiné à l'activité agro-productive, en accordant la priorité aux pays les plus vulnérables.

Cette structure devrait être accompagnée d'un plan d'incitation à l'investissement financier par les acteurs économiques de la région.

Il a également envisagé d'allouer une partie des fonds fournis par la FAO pour une approche spéciale à la République d'Haïti, afin que "ce pays frère puisse évoluer vers la durabilité et la souveraineté agroalimentaire".

Une autre proposition concernait la création d'une banque latino-américaine et caribéenne de semences et de génétique animale.

Le texte, signé par le ministre vénézuélien de l'Agriculture, Wilmar Castro, ratifie la condamnation et le rejet des mesures coercitives unilatérales imposées aux pays et aux peuples de la région, et demande leur abolition immédiate. (Texte: RHC)


Dans cette catégorie

Comentarios


Tu dirección de correo no será publicada *