Cuba, héros, sauveteurs, décès, effondrement, Vieille Havane, Raul Castro, Miguel Diaz-Canel, pompiers

La flamme de deux héros illumine le cœur de la Patrie (+ Photos)


La premier-lieutenant Yoandra Suarez Lopez (la seule femme du pays qui exerçait en tant que première technicienne de sauvetage) et le combattant Luis Alejandro Llerena Martinez (un jeune homme, mais déjà « à l'épreuve des balles » dans les opérations à haut risque) ont été unis par leur dévouement à leur noble profession et par la certitude de sauver des vies, avant toute chose, y compris au péril de la leur.

Portés par cet engagement, qui les a conduits à devenir des sauveteurs sans pareil, ils sont tombés héroïquement dans l'exercice de leurs fonctions, le 4 octobre, vers minuit, lorsqu’un effondrement de grande ampleur dans un immeuble de la Vieille Havane a nécessité l’intervention urgente du corps des pompiers du ministère de l'Intérieur (Minint).

Le 5 octobre à l'aube, le cimetière Colon a accueilli le repos éternel de ces enfants de la Patrie, en présence du général de division Lazaro Alberto Alvarez Casas, membre du Bureau politique du Parti et ministre de l'Intérieur ; du Premier secrétaire du Parti à La Havane, Luis Antonio Torres Iribar, ainsi que d'autres autorités de la capitale, des responsables du Minint et du corps des pompiers, des membres de la famille, et d’autres personnes.

Des couronnes de fleurs au nom du général Raul Castro Ruz, leader de la Révolution cubaine, de Miguel Diaz-Canel Bermudez, Premier secrétaire du Parti et président de la République et du Minint, avaient été déposées devant l'entrée du Panthéon des pompiers, qui conserve désormais les cendres de Yoandra et Luis Alejandro.

Face à la tristesse et aux pleurs désespérés des parents, des amis et des collègues des défunts, le lieutenant-colonel Arturo Enjanio Rosadilla, chef du Département de prévention du corps des sapeurs-pompiers du Minint, a rappelé, dans des paroles d'adieu pleines d'émotion, qu'aujourd'hui, lorsque le chagrin nous accable tous, nous devons nous tourner vers la phrase de notre Héros national José Marti, qui dit : « La mort n'est pas vraie lorsque l'œuvre de la vie a été bien accomplie. »

« C'est pourquoi nous vous disons : adieu, mes frères, parce que vous vivrez à jamais dans la mémoire et dans la tâche de notre glorieux corps de pompiers cubains, dans chaque membre du ministère de l'Intérieur, dans chaque Cubain, dans le cœur de votre famille et de vos amis, qui ne vous oublieront pas », a-t-il conclu. (Texte Granma)(Photos: Juvenal Balán/Granma)


Dans cette catégorie

Comentarios


Tu dirección de correo no será publicada *