Cuba, Ghana, Afrique, Salvador Valdés Mesa

Valdés Mesa: Les relations entre Cuba et le Ghana ont franchi toutes les étapes et nous continuerons à les approfondir


Accra, 14 novembre - Salvador Valdés Mesa, membre du Bureau politique et vice-président de la République de Cuba,  a commencé sa journée d'activités à son arrivée au Ghana, lundi, par une réunion à laquelle ont participé des amis de la solidarité, des fonctionnaires du gouvernement ghanéen, des diplomates de pays amis, des diplômés de la Grande île des Antilles et une représentation de Cubains vivant ici.

"Quand on parle de Cuba, il se passe toujours des choses extraordinaires, et aujourd'hui, j'en suis sûr, il se passe aussi des choses extraordinaires ici". Peut-être que la nervosité, la langue ou la "pression" que l'on pouvait sentir en lui pendant qu'il parlait, lui ont fait oublier de se présenter à tout le monde, mais en réalité, son nom n'était pas nécessaire.

Il est l'un des nombreux amis solidaires de Cuba qui se sont rendus lundi soir dans les jardins de la résidence du Grand des Antilles, dans cette ville, pour s'entretenir avec le membre du Bureau politique et vice-président de la République, Salvador Valdés Mesa, qui a ainsi entamé son programme de travail au Ghana, peu après son arrivée dans la nation sœur africaine dans l'après-midi de ce même jour.

Un peu plus de 50 personnes étaient présentes, parmi lesquelles des personnalités du gouvernement ghanéen, des diplomates de pays amis, des diplômés de l'île et une représentation de Cubains vivant ici.

"Cette visite a pour but de relancer les relations historiques et stables que nous avons entretenues au fil des ans entre nos peuples et nos gouvernements", a assuré M. Valdés Mesa, lors d'une soirée spéciale et débordante d'affection, d'engagement, de solidarité et de gratitude, tant de Cuba au Ghana que du Ghana à Cuba.

Un "salut profond, solidaire, fraternel et amical du peuple et du gouvernement cubains au peuple et au gouvernement du Ghana", a tout d'abord transmis le vice-président de la République, qui a rappelé que cette visite s'inscrivait dans "le contexte du 64e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, qui a eu lieu le 23 décembre 1959".

Nous sommes venus, a-t-il ajouté, remercier ce peuple pour le soutien inconditionnel qu'il nous a apporté pendant toutes ces années dans la lutte contre le blocus économique, commercial et financier injuste imposé à notre pays par le gouvernement des États-Unis.

Le vice-président Valdés Mesa a également évoqué les nombreuses complexités que cette cruelle politique américaine a entraînées. Des complexités qui se sont accrues au cours des années difficiles de lutte contre la pandémie causée par le COVID-19, au cours desquelles, a-t-il dit, Cuba a su se développer et notre personnel de santé et nos scientifiques ont accompli des exploits attachants pour protéger le peuple cubain.

Les États-Unis, a-t-il dit, "ont été déterminés à détruire la révolution cubaine, mais nous avons résisté et nous continuerons à résister ; tout comme nous avons vaincu le COVID-19, nous allons également vaincre le blocus".

Dans ses paroles, il a exprimé son infinie gratitude à l'égard des personnes présentes. Vous, a-t-il assuré, "engagez notre pays à continuer à être un exemple et à démontrer qu'un monde meilleur est possible : sachez que nous n'abandonnerons jamais".

"Les relations entre Cuba et le Ghana ont dépassé toutes les étapes et nous continuerons à les approfondir", a-t-il conclu.

CUBA AU CŒUR DU GHANA

Le long discours du lundi soir au Ghana a porté sur la poursuite du tissage des rêves, de la coopération et de la consolidation des alliances. Il était émouvant d'entendre des amis parler de l'histoire commune qui nous unit, des rêves de Fidel et de Kwame Nkrumah, de tout ce que Cuba - cette grande puissance médicale qui sauve, comme on l'a dit plus d'une fois - a fait pour la santé du peuple ghanéen... de la formation de milliers de professionnels dans les salles de classe cubaines, qui contribuent aujourd'hui à promouvoir le développement de cette nation africaine.

"À Cuba, j'ai appris non seulement une profession, mais aussi une discipline", a déclaré Samuel, qui, grâce à ses études à Cuba, a pu se développer avec succès dans le secteur du tourisme.

Felipe est un autre de ces "garçons" qui ont étudié il y a des années dans la plus grande des Antilles. Dans sa voix, on entend également la gratitude infinie de tous les professionnels qui ont obtenu leur diplôme dans le pays des Caraïbes : "Nous n'oublierons jamais ce que vous avez fait pour nous !

En témoignage de cette gratitude et "symbole de notre amitié durable", le vice-président de la République a reçu en cadeau, au nom de tous les Ghanéens qui ont obtenu leur diplôme dans notre pays, une plaque qui exprime, ont-ils assuré, "la gratitude pour les immenses sacrifices et la solidarité du peuple et du gouvernement de Cuba avec le Ghana".

L'affection et l'engagement dont nous avons fait l'expérience aujourd'hui dans ces jardins, a déclaré l'ambassadrice cubaine au Ghana, Anette Chao García, est "le fruit de ce que notre Révolution a fait pour ce pays et son peuple". (Source Présidence de la République) (Photo: RHC)


Dans cette catégorie

Comentarios


Tu dirección de correo no será publicada *