industrie du divertissement, Elon Musk, Mark Zuckerberg, fièvre du lithium, machine culturelle,

Divertissement


Elon Musk et Mark Zuckerberg se sont défiés mutuellement à un combat dans une cage, comme ils l'ont annoncé de manière bien visible sur leurs sites web CNN, ABC, NBC. Deux des hommes les plus riches de la planète veulent se battre l'un l'autre et les médias précisent que si Musk est plus trapu, Mark est un adepte des arts martiaux. Pendant ce temps, en Uruguay, les enseignants et les étudiants descendent dans la rue pour une grève de 24 heures afin de protester contre la réduction du budget de l'éducation ; mais peu de médias nous le font savoir, occupés qu'ils sont par l'éventuel pugilat entre les deux millionnaires.

Musk est d'ailleurs devenu une sorte d'oracle du terrestre et du divin. Il nous donne la solution au vieillissement de la population, il parle de la mode masculine et féminine, il joue franc jeu et nous dit que « nous ferons un coup d'État contre qui nous voulons. Habituez-vous-y ! », en référence au coup d'État contre Evo Morales. Le jeune homme qui s'est offert Twitter et qui a défié le riche propriétaire de Meta, l'entreprise à l'origine de Facebook, dans une bagarre comme dans une cour de récréation, souffre d'incontinence verbale.

Mais pour ne pas nous écarter du sujet des rixes, intéressons-nous à celle-ci, à propos de laquelle ni CNN, ni ABC, ni NBC, ni FOX n'ont dit grand-chose. À San Salvador de Jujuy, en Argentine, la police a durement réprimé, avec des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes, les personnes qui manifestaient contre une réforme constitutionnelle autoritaire. Selon les médias, les blessés gisaient encore dans la rue une heure après la répression. Nueva Tribuna précise que « la véritable intention de cette réforme signée sur un coup de tête, le dos tourné au peuple (...) est le contrôle de l'industrie du lithium ».

La fièvre du lithium fait tourner la tête à bien des gens. « Nous venons d'organiser une conférence téléphonique avec les ambassadeurs des États-Unis au Chili et en Argentine (...) ainsi qu'avec le vice-président des opérations mondiales d'Albemarle pour parler du lithium. Le triangle du lithium, en Argentine, en Bolivie et au Chili..., et pour demander aux entreprises comment elles s'en sortent et ce qu'elles pensent des défis et des choses de ce genre dans le secteur du lithium », a signalé le général Laura Richardson, chef du Commandement Sud des États-Unis.

Peut-être ce combat entre millionnaires deviendra-t-il le combat du siècle, plus médiatique que le combat mythique qui marqua le couronnement de Mohammed Ali en battant Joe Frazier. Ce match, en pleine lutte émancipatrice des Noirs des Etats-Unis, avait vu le retour d'un Ali inflexible, déchu de ses titres et emprisonné pour avoir refusé de participer au carnage impérialiste du Vietnam.

Celui-ci est plus présomptueux, il s'agit d'une bataille d'egos entre deux millionnaires que la mythologie efficace de la machine culturelle nous présente comme des archétypes de millionnaires self-made.

C'est-à-dire des richards qui se sont créés eux-mêmes grâce à leurs mérites et à leurs talents (ne dites à personne que le père de Musk travaillait dans le commerce des diamants dans l'Afrique du Sud de l'apartheid, ou que Mark a volé l’idée pour Facebook à ses collègues de Harvard ; ce n'est pas bien de gâcher deux histoires idylliques) et non pas en vertu d'un système qui favorise quelques-uns au détriment du plus grand nombre.

Bien sûr, dans le monde du capitalisme dans lequel nous vivons, il ne manque pas de sociétés comme Bet Online, Bovada, Ladbrokes, Paddy Powers qui ont déjà ouvert, ou prévoient d'ouvrir, leur système de paris pour le combat à venir, s'il a lieu.

Comment ne pas faire de l'argent sur un événement aussi spectaculaire et extraordinaire ? Ne gâchons pas la nouvelle : en ce moment même, on apprend que 140 Palestiniens ont été tués depuis le début de l'année par la répression israélienne, dont 23 enfants.

Mettons cette dernière information de côté, nous sommes déjà tellement habitués à ce que ces êtres humains soient assassinés, que nous pouvons imaginer qu'ils sont habitués à être la cible de l'impérialisme sioniste. On le sait, ce qui devient une habitude cesse d'être une nouvelle.

Les compétences de concours clandestins de celui qui lance le plus loin possible un nain avec un casque n'ont rien à voir avec le fait que des personnes soient expulsées par la police en Espagne parce qu'elles ne sont pas en mesure de payer leur loyer. C'est ce qui vient d'arriver à Madrid à Souad, une habitante de Vallecas, dont le travail de serveuse ne suffit pas à payer le loyer où elle vit depuis 14 ans, et la police a défoncé sa porte à coups de bélier. Les grands médias ne parleront pas de cette bataille entre la police, l'ambition du fonds de logement et la pauvre femme expulsée.

Mais bon, ne nous attardons pas sur toutes les nouvelles sans importance dont les habituels rabat-joie veulent nous accabler, installons nos fauteuils, trouvons quelque chose à grignoter et une boisson fraîche, et attendons (im)patiemment que les deux ennuyeux nababs s’étripent. Je me demande d'ailleurs si ce ne sont pas eux qui nous regardent en riant sous cape dans les vestiaires… (Texte: Granma)


Dans cette catégorie

Comentarios


Tu dirección de correo no será publicada *