Chili, Guillermo Teillier, deuil national, Parti Communiste du Chili,

Décès de Guillermo Teillier au Chili. Le président Boric décrète le deuil national


La Havane, 30 août - Le siège de l’ancien congrès chilien a ouvert ses portes ce mardi pour la veillée funèbre en l’honneur de Guillermo Teillier, président du Parti Communiste du Chili.

Lors d'une conférence de presse, le secrétaire général du parti, Lautaro Carmona, a exprimé sa douleur face à la perte de l'un des militants les plus remarquables, un communiste à part entière capable d'assumer avec une grande intensité les tâches que son époque exigeait.

Dès sa jeunesse, avant les années 70, il s'était engagé dans l'Unité Populaire de Salvador Allende, lorsqu'il dirigeait le travail du parti dans la ville de Valdivia.

C'est à ce titre, a-t-il rappelé, qu'il a été arrêté en 1974 par le régime putschiste et soumis aux pires tortures pendant plusieurs mois, avant de visiter plusieurs camps de concentration.

Lorsqu'il a été libéré, il a choisi de rester au Chili pour contribuer à l'organisation du parti dans la clandestinité.

"Il avait le droit et la possibilité de quitter le pays, de recouvrer la santé, de se remettre des atrocités de la torture et de l'emprisonnement injuste imposés par la dictature, et il est resté au Chili", a-t-il déclaré.

Camila Vallejo, porte-parole du gouvernement et membre du PCCh, a souligné la capacité de Guillermo Teillier à construire des ponts, même avec des secteurs de l'opposition, afin de faire de ce pays un endroit plus juste.

"C'était un homme qui ne gaspillait jamais les mots, il était toujours très précis, un bâtisseur de justice, un défenseur de la démocratie et des droits de l'homme", a-t-elle déclaré.

Le président chilien, Gabriel Boric, a décrété un deuil national les 30 et 31 août en hommage à l'héritage de Guillermo Teillier et à son dévouement au pays tout au long de sa vie. (Texte: RHC)


Dans cette catégorie

Comentarios


Tu dirección de correo no será publicada *