Camagüey, Cuba, décima, culture cubaine

La Décima revient au centre de la culture musicale cubaine


Camagüey, 5 octobre - La récente célébration de la Journée Madrigal de la Neblina à Camagüey, qui a sauvegardé les valeurs les plus authentiques de la culture cubaine, constitue à présent un clin d'œil à la Décima (vers décasyllabe), un héritage antillais.

Les activités ont été consacrées à la Journée ibéro-américaine de la Décima et aux vers improvisés.

Le regard des organisateurs était dirigé vers les nouvelles générations à une époque où l'industrie culturelle et les processus de transculturation font des ravages dans l'identité des peuples latino-américains.

Dans des déclarations aux médias locaux, Alejandro González, spécialiste de la Casa de la Décima, a parlé de l'importance de relier ceux qui font leurs premiers pas dans ce monde, un élément important de la tradition culturelle cubaine, tant dans le domaine de l'oralité que de la littérature.

"Je crois que la manière la plus efficace de relier les jeunes est de le faire à travers ces événements, c'est pourquoi ils ont eu une participation si importante dans cette édition".

Le défenseur de l'art le plus authentique de la campagne cubaine a dédié ses mots à Jesús Orta Ruiz (1922-2005), "El Indio Naborí", à qui cette Journée était également dédiée.

"Indépendamment des lectures qui ont été faites, des rapports, et des fêtes, la section théorique occupe un espace primordial pour ceux qui connaissent l'œuvre de Naborí", a déclaré Alejandro González.

L'artiste a souligné que Naborí "est très connu en tant que décimiste, mais il faut dire que son œuvre est vaste, allant du journalisme aux genres littéraires et à la littérature pour enfants".

"Les jeunes devraient voir un Naborí plus intégral. Qu'ils voient en lui un homme qui a chanté pour la savane, mais qui s'est aussi consacré à d'autres espaces. Le dialogue poétique et sa propre improvisation", a-t-il conclu.

Les efforts du ministère de la culture pour défendre le patrimoine musical cubain ont également été transcendés cette année dans cette ville patrimoniale avec la célébration de la Journée paysanne "Guateque de la Llanura".

Les activités de ce type font partie des principales projections de l'Institut cubain de musique, qui tente de maintenir en vie et de sauver les immenses valeurs de la musique de la campagne cubaine, reconnue même à l'échelle internationale avec des représentants de la taille de Celina González.

En 1998, lors du festival ibéro-américain de la Décima, qui s'est tenu aux îles Canaries, en Espagne, il a été décidé de consacrer le 30 septembre, date de l'anniversaire de Jesús Orta Ruiz, à la Journée ibéro-américaine de la Décima et des vers improvisés. (Texte et photo: RHC)


Dans cette catégorie

Comentarios


Tu dirección de correo no será publicada *