Cuba, Vatican, Kcho, Exposition

Exposition du peintre et graveur cubain Kcho au Vatican (+ Photos)


Cité du Vatican, 13 novembre - Le Palais de la Chancellerie accueille depuis samedi l'exposition Un nouveau monde, avec des œuvres du peintre et graveur cubain Alexis Leyva (Kcho), qui répond à un appel du Pape François.

Le 23 juin, l'éminent artiste de la nation caribéenne a participé à une rencontre entre le pape et 200 artistes du monde entier, à qui il a fait remarquer que "nous, les êtres humains, aspirons à un monde nouveau que nous ne verrons pas de nos propres yeux, mais nous le désirons, nous le cherchons, nous en rêvons".

Ces paroles du Saint-Père ont inspiré l'exposition de Kcho, qui restera ouverte au public dans l'une des salles du majestueux édifice jusqu'au 26 novembre, parrainée par l'ambassade de Cuba près le Saint-Siège et le dicastère de la culture et de l'éducation du Vatican, avec la participation du commissaire d'exposition Eriberto Bettini.

"Les artistes ont donc la capacité d'imaginer de nouvelles versions de ce monde. Et c'est important: de nouvelles versions du monde. La capacité d'introduire des nouveautés dans l'histoire", a déclaré le Pape dans son exhortation, que l'artiste cubain a accueillie avec la passion de celui qui met son travail au service de la lutte pour l'amélioration de l'humanité.

S'adressant aux peintres, sculpteurs, architectes, écrivains, musiciens, metteurs en scène et acteurs de plus de 30 pays présents dans la chapelle Sixtine, François les a invités à faire face à la colonisation idéologique des médias, car "nous avons besoin que le principe d'harmonie habite davantage notre monde, et qu'il chasse l'uniformité".

https://www.prensa-latina.cu/wp-content/uploads/2023/11/Exposicion-Kcho4.jpg

Chacune des œuvres d'art de Kcho répond à ce besoin de beauté, de diversité et de transcendance, car le rôle des artistes devrait être de "créer l'harmonie des différences, non pas de les détruire, non pas de les standardiser, mais de les harmoniser", car c'est ainsi que "nous comprenons ce qu'est la beauté", comme l'a dit le souverain pontife ce jour-là.

Dans des déclarations exclusives à Prensa Latina à la suite de cette rencontre, le peintre et graveur de 53 ans a déclaré que le message du pape François était puissant, éclairant et très nécessaire, avec une influence très positive face aux nombreux problèmes de guerre, de faim et de manque d'humanité qui affectent le monde aujourd'hui.

 

Il y a un peu plus de neuf ans, en mai 2014, Kcho a présenté son exposition Via Crucis dans la salle Renaissance du Palazzo della Cancelleria, comprenant 29 peintures, dessins et sculptures inédits, et une deuxième exposition, intitulée Résurrection, a été inaugurée en octobre 2018 dans cet imposant bâtiment du Saint-Siège.

En septembre 2015, lors de sa visite historique à Cuba, le Souverain Pontife a reçu des mains du président de l'époque, Raúl Castro, l'œuvre Miracle, du sculpteur caribéen, qui a également participé à cet acte de livraison, une œuvre dédiée à la tragédie des migrants, qui se trouve depuis le 17 janvier 2016 sur l'île méridionale de Lampedusa.

 

L'exposition actuelle de Kcho, Un Nouveau Monde, est le fruit, selon les mots du célèbre critique italien Luciano Caprile, "d'un engagement qui s'inscrit dans le sillon qu'il a tracé dans le temps et qui a laissé d'importantes graines". (Texte: RHC) (Photos: Prensa Latina)


Dans cette catégorie

Comentarios


Tu dirección de correo no será publicada *