Cuba, journalistes, UPEC

Le XIe congrès de l'Union des journalistes cubains se termine aujourd'hui


La Havane, 3 novembre - Avec près de 270 délégués venus de tout le pays, le XIe Congrès de l'Union des journalistes cubains (UPEC) s'achève aujourd'hui au Palais des congrès de La Havane.

En ce jour de clôture, la réunion abordera une question cruciale pour l'organisation: la transformation du modèle de presse à Cuba.

Le plan d'action de l'UPEC pour les cinq prochaines années sera présenté et le nouveau président national de l'Union sera annoncé.

Jeudi, trois commissions ont débattu de questions controversées telles que la formation et le développement des journalistes, les défis auxquels est confrontée la presse cubaine dans une société en réseau et les défis auxquels est confrontée l'organisation au 21e siècle.

Lors de l'échange sur la préparation académique, les délégués ont insisté sur la diversification des voies d'accès à la carrière de journaliste dans le pays, le Collège universitaire de douzième année ne pouvant devenir la seule voie d'accès à cette discipline de premier cycle.

Le professeur et journaliste Zenaida Costales Pérez a souligné l'importance des étudiants en journalisme dans les médias, où ils apportent créativité et fraîcheur et doivent être reconnus et rémunérés en tant que tels.

Il a annoncé que la Faculté de communication de l'UH est actuellement plongée dans la création d'un master en journalisme comme étape intermédiaire et préparation au doctorat en sciences de la communication.

Sabdiel Batista Díaz, journaliste, a ajouté que le programme de la licence devrait inclure des matières telles que la grammaire, l'histoire et la littérature espagnoles, qui enrichissent la culture générale des futurs professionnels de la presse.

Batista Díaz a estimé que les institutions médiatiques cubaines devraient devenir des centres scientifiques dans lesquels leurs travailleurs effectuent des recherches et où leur développement professionnel est garanti.

Concernant les défis auxquels est confrontée la presse nationale dans un contexte marqué par une transformation technologique constante, Elena Diego Parra, directrice du Periódico 26 dans la province de Las Tunas, a souligné que la construction d'un nouveau modèle de journalisme pour le socialisme cubain exige l'élévation de la créativité parmi les publics actifs, qui sont plus fragmentés et dépendants des productions culturelles étrangères.

Les médias publics doivent retrouver leur force aux yeux du public et leur centralité sociale, a-t-elle ajouté.

Au cours du congrès, Lilian Knight, journaliste au magazine Bohemia, a appelé à un changement des missions de l'UPEC afin de restaurer sa crédibilité auprès des masses.

Elle a insisté sur le fait que le public doit se voir reflété dans le discours médiatique du pays, ce qui est une solution inévitable.

Des préoccupations telles que l'exode des professionnels du secteur, le manque de transparence des institutions devant les médias et le manque d'histoires émouvantes parce que les événements et les réunions sont prioritaires par rapport aux histoires des vrais protagonistes : les gens, ont émergé des débats.

La réunion a servi de cadre, le jeudi, à la présentation de la carte de la communication de la presse cubaine et du livre d'entretiens "Anatomies du journalisme cubain".

Les statuts et le code d'éthique de l'UPEC ont également été approuvés.

"Changements oui, changements révolutionnaires" est la maxime qui sera la devise jusqu'à vendredi pour les journalistes cubains qui s'engagent à transformer le système national de la presse publique en fonction de la situation sociopolitique, économique et technologique de la plus grande des Antilles.


Dans cette catégorie

Comentarios


Tu dirección de correo no será publicada *