Cuba, Salvador Valdés Mesa, Namibie

Valdés Mesa: Cuba est dans la meilleure des dispositions pour développer les liens avec la Namibie


Windhoek, 30 novembre - Salvador Valdés Mesa,membre du Bureau politique et vice-président de la République, a ratifié au ministre namibien du Travail, des Relations industrielles et de la Création d'emplois, Utoni Nujoma, la volonté de Cuba de continuer à contribuer à la formation des jeunes Africains, ainsi que d'élargir les relations entre l'île et la Namibie.

"C'est par ces mots que le membre du Bureau politique et vice-président de la République de Cuba, Salvador Valdés Mesa, a entamé le dialogue avec le ministre namibien du Travail, des Relations industrielles et de la Création d'emplois, Utoni Nujoma, mercredi au Palais de la Révolution.

Dans une atmosphère d'admiration et de sympathie, le vice-président cubain a présenté au visiteur - fils du dirigeant namibien Sam Nujoma - un salut pour son père de la part du général d'armée Raúl Castro Ruz et du président de la République, Miguel Díaz-Canel Bermúdez. "Il est un joyau dont il faut prendre soin", a-t-il déclaré lorsqu'on l'a interrogé sur l'état de santé du "père fondateur de la Namibie".

Valdés Mesa a exprimé sa gratitude "pour l'accueil chaleureux, la réception et toute l'attention que le président Miguel Díaz-Canel Bermúdez a reçus" lors de sa visite en Namibie en août dernier, où il a reçu l'Ordre de la Très Ancienne Welwitschia Mirabilis au premier degré, la plus haute décoration décernée par ce pays.

En ce qui concerne le séjour du dirigeant cubain dans le pays africain, M. Valdés Mesa a souligné l'impulsion donnée depuis lors par la commission mixte Cuba-Namibie, un organe qui permet "d'analyser et de passer en revue toutes les possibilités d'expansion de nos relations, non seulement dans le domaine politique, mais aussi dans les relations économiques et commerciales".

De ses agréables souvenirs en trois voyages en Namibie - le dernier en mars 2019 - a commenté le vice-président antillais, qui a également rappelé le récent dialogue qu'il a eu avec son homologue Nangolo Mbumba, lors de la célébration du Sommet du G-77 et de la Chine à La Havane, ainsi que la présence d'une représentation de ce pays africain à la Foire internationale de La Havane (FIHAV).

Au cours de l'entretien, l'hôte a expliqué comment se sont déroulées ces dernières années à Cuba, marquées par la récupération post-pandémique, les effets du changement climatique : longues sécheresses, fortes pluies, ouragans, et l'impact de la crise économique internationale, auxquels se sont ajoutés les effets du blocus économique, commercial et financier imposé par le gouvernement des États-Unis, "intensifié de manière opportuniste", et l'inscription arbitraire sur la liste des pays qui parrainent le terrorisme.

Malgré cette situation difficile", a déclaré M. Valdés Mesa, "je peux vous assurer que nous sommes dans la meilleure position pour continuer à apporter notre solidarité et notre coopération internationale, comme nous l'avons fait avec la formation de milliers de jeunes Africains qui reçoivent actuellement une formation dans le pays".

Pour ce qui est du "camarade vice-président", le ministre namibien, Utoni Nujoma, a salué à son tour le dirigeant cubain et lui a dit que son père, ayant appris qu'il se rendrait à Cuba, lui avait demandé de saluer le peuple révolutionnaire du pays de José Martí et de Fidel Castro, en particulier le général d'armée Raúl Castro Ruz et le président Díaz-Canel.

À Cuba, pays qu'il a visité si souvent et où il souhaite toujours revenir, il arrive maintenant en tant que ministre du Travail - a-t-il souligné - et de l'agenda qu'il a rempli en deux jours, il a ensuite commenté, tout en reconnaissant comment son homologue, Marta Elena Feitó, l'a aidé à apprendre sur le travail et la sécurité sociale, "nous apprenons beaucoup de vous, comment vous mobilisez les travailleurs et les syndicats pour lutter en faveur des droits des travailleurs".

Avec des mots sincères, le visiteur a remercié "pour le soutien de Cuba dans les années 70 dans le processus de libération, car j'étais l'un de ces jeunes combattants et j'ai également participé à la bataille de Cuito Cuanavale lorsque Fidel a dirigé les troupes et que cette défaite (contre les envahisseurs sud-africains) a été très importante pour l'établissement de la résolution 434, essentielle dans la fondation de l'État de Namibie". (Texte et photo: RHC)


Dans cette catégorie

Comentarios


Tu dirección de correo no será publicada *